PARTAGER

Le Sénégal a perdu un grand serviteur de l’Etat, la France a perdu un ami.
Le ministre, chef du Protocole d’Etat, Monsieur Bruno Diatta, nous a quittés. Je dis bien nous, car pour nous Français, «Bruno», comme nous avions coutume de l’appeler, était l’un des nôtres, j’ai eu l’immense honneur de le connaître.
S’il fallait définir l’homme, on pourrait le comparer à une toile de maître pointilliste : Son élégance n’avait d’égale que sa simplicité. Intelligent, malicieux, réservé, discret, courtois, mais ferme, charmeur et charmant, d’une élégance inégalée, Bruno Diatta était tout cela à la fois. Pour tous les chefs d’Etat français qui l’ont côtoyé, il était la référence en matière de savoir-faire protocolaire. Récemment, le chef du Protocole de l’Elysée avait souligné auprès du Président Emmanuel Macron le talent hors pair de Bruno Diatta.
Je me souviens, lors du dîner d’Etat à l’Elysée en décembre 2017, offert par le Président François Hollande, en l’honneur du Président Macky Sall, Bruno Diatta, comme à son habitude, avait parfaitement coordonné l’ordre protocolaire. Bien entendu, il était présent ce soir-là dans la salle des fêtes de l’Elysée, mais on ne le voyait pas. Bruno ne se montrait pas, ne se mettait jamais en avant, il avait «fait son travail» comme il aimait à le répéter, nul besoin d’en faire plus.
Lors des audiences au Palais présidentiel de Dakar, il surveillait les allées et venues des uns et des autres d’un œil acéré. Rien n’échappait à sa vigilance : de sa main ferme dans un gant de velours, il savait calmer les ardeurs des visiteurs impatients et reconduire les importuns avec grâce. Parfois, lorsque ses obligations multiples lui en laissaient le temps, il nous accueillait bien volontiers dans son bureau, le temps d’un café, sa boisson favorite. Dans ces moments volés, il se plaisait à disserter sur un passé révolu, sur ce monde d’hier qui n’est plus et sur la France qu’il aimait tant.
Il avait côtoyé de nombreux Présidents français. Certes il avait ses préférences, mais ne les mentionnait que d’un regard entendu, d’un œil complice, avec ses mots bien à lui : «On s’est compris» ! Le ministre Bruno Diatta, chef du Protocole d’Etat, s’en est allé. Témoin de tant de secrets d’Etat, il a emporté avec lui une part de l’histoire du Sénégal, de la France, mais aussi du monde. Il était à lui seul un grand livre relié, gravé en lettres d’or.
Nous tous, ses amis français, partageons la peine du Peuple sénégalais et prions pour que ce grand homme repose en paix, pour l’éternité.
Patricia BALME – Présidente de PB Com International

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here