PARTAGER

Serigne Sidy Ahmed Sy Babacar s’est éteint, ce mercredi, à l’âge de 86 ans à Dakar. Il a été inhumé hier au cimetière musulman de Yoff.

La communauté tidiane est en deuil. Serigne Sidy Ahmed Sy Babacar n’est plus. Fils de Serigne Babacar Sy et de Sokhna Rokhaya Ndoye, le défunt est un grammairien arabe, qui maîtrisait parfaitement la doctrine tidiane, avec, en plus, de sérieuses connaissances en théologie et en droit islamique. Même s’il reste peu connu du grand public, dans la ville de Tivaouane, le frère utérin de Serigne Habib Sy, qui se distingue par sa discrétion, homme de Dieu, qui a le culte de la discrétion, connu pour son ouverture d’esprit, suscite l’admiration de tous ceux qui ont eu la chance de l’approcher. D’ailleurs, il a été connu du grand public quand il a été pressenti à la tête de la Khalifat des Tidianes après le décès de Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine.
Très discret, il incarnait l’érudition, la sagesse, la franchise, selon ses proches. «Il était souriant et doux dans ses faits et gestes. Il nous rappelait beaucoup son défunt père», témoigne de fidèles tidianes qui ajoutent, qu’ «il n’avait ni chambellan, ni suite. Il était d’une simplicité déconcertante, malgré son rôle de gardien de la demeure de Khalifa Ababacar Sy de la rue Amadou Assane Ndoye, nichée à Dakar-Plateau». Et d’indiquer qu’«à 86 ans, si ce fils du khalife le plus charismatique de la Tidiania est aussi méconnu du grand public, c’est principalement parce qu’il cultive la discrétion». Une discrétion derrière laquelle se cache une érudition à toute épreuve. Le fils de Sokhna Rokhaya Ndoye est un homme du sérail qui a fourbi ses armes dans la demeure familiale de Dakar avec les enseignements des fidèles de son père, Serigne Babacar, et des Moukhadams de son grand-père, Maodo, avant d’aller les affûter dans la cité religieuse de Tivaouane. «Les multiples échanges qu’il aura auprès de ses frères de Tivaouane lui seront très précieux dans sa formation», indiquent ses proches. Une formation qu’il dut parachever dans le service militaire, en 1956, et dans la recherche qui a fini par s’emparer de son existence. Autodidacte de la culture française et expert en calligraphie, Serigne Sidy Ahmed Sy Babacar, à l’image de son frère Serigne Mbaye Sy Mansour, aurait le prêche dur et vrai.
Il a été inhumé au cimetière musulman de Yoff, après son lever du corps à la zawiya Seydi El Hadji Malick Sy de Dakar.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here