PARTAGER

Hier, après l’annonce du décès de Cheikh Béthio Thioune, des centaines de talibés ont rallié sa maison située à Mermoz. Devant le public, son fils, Serigne Khadim Thioune, a demandé à tout le monde de s’en remettre à Dieu. Il a aussi invité les talibés à rejoindre Médinatoul Salam avant l’arrivée du corps prévue dans les prochains jours.

Le décès de Cheikh Béthio Thioune a pris tout le monde de court. En effet, c’est au lendemain de sa condamnation à 10 ans de travaux forcés par le juge de la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Mbour que le guide des thiantacounes a rejoint le Juge suprême à Bordeaux, en France. Hier, à l’annonce de sa mort, les talibés ont convergé vers la maison mortuaire, sise à Mermoz. Dans la demeure, il faut jouer les coudes pour avancer. Parents, amis, talibés de tous âges étaient là pour partager la douleur. Dans l’arrière-cour, une photo géante du défunt assis à côté de son marabout Serigne Saliou Mbacké orne le mur. Sous la bâche, les plus sensibles laissent coller les larmes sur leurs joues.
Soudainement, un homme hurle avant d’être consolé par ses camarades. Au milieu de l’assistance, l’un de ses fils, en l’occurrence Serigne Khadim Thioune, prend la parole. Il n’ira pas loin. Dominé par le chagrin, il craque. C’est au tour d’un autre individu de s’adresser au public pour remonter le moral. «Dieureudieuf Serigne Saliou», furent entonner. Et il revient. «Cheikh Béthio, depuis sa rencontre avec Serigne Saliou à aujourd’hui, sa famille, tous ses talibés ont été toujours à ses côtés pour Serigne Saliou. Serigne Béthio est parti. Il est quelqu’un qui est adoré par tout le monde. Malgré tout le bruit qui court ces temps-ci, il est resté serein. Nous sommes des Mourides, des thiantacounes et on le restera à vie. Nous devons œuvrer pour l’achèvement du travail qu’il a laissé derrière lui. Restons unis», a demandé Serigne Khadim Thioune après avoir repris la parole. Son grand frère, Serigne Saliou Thioune, «Gueule Tapée» dans son grand boubou blanc, est resté zen dans le fauteuil.
Dans son discours, le fils de Cheikh Béthio Thioune a exhorté les uns et les autres à se remettre à Dieu. «Acceptons, c’est la volonté divine ! Nous prions Dieu qu’ils vous (les talibés) donnent la force de poursuivre son œuvre pour Serigne Touba. Sur le ndigueul de Serigne Saliou Thioune que tout le monde rejoigne dès demain (aujourd’hui) Médinatoul Salam jusqu’à l’arrivée de la dépouille mortelle. Nous demandons à tout un chacun de rester à l’écoute du ndigueul. Serigne Saliou Mbacké a convoyé assez de bœufs. D’ici le jour-j, rien ne manquera inchalla. Serigne Béthio a assuré sa vie et après elle aussi», dit-il. Avant l’arrivée de l’aîné de la famille, les gens se sont agglutinés devant la porte. Un groupe de jeunes chantaient des «khassaïdes», des chants religieux. De l’autre côté, d’autres s’affairaient autour des préparatifs de la rupture du jeûne. Contrairement aux «thiants» organisés par le défunt, ce n’était pas la grande affluence. Les gens arrivaient par petits groupes ou individuellement en taxi, mais le nombre n’était pas aussi important qu’on ne pouvait l’imaginer. En cette après-midi du mardi 7 mai, la fraîcheur, accompagnée d’un vent qui a envahi Dakar, n’a pas épargné Mermoz où résidait Cheikh Béthio Thioune.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here