PARTAGER

La majorité parlementaire ne considère plus Cissé Lô comme un des siens. Mais cette décision ne serait valable que si Aymérou Gningue et Cie visent la radiation évoquée à l’article 22 du Règlement intérieur. Or le communiqué dit simplement que le député n’appartient plus au groupe parlementaire Benno bokk yaakaar.

Sa descente aux enfers se poursuit. Moustapha Cissé Lô n’est plus membre du groupe parlementaire Benno bokk yaakaar (Bby). Une sanction qui intervient au lendemain de son exclusion du parti présentiel. «Le groupe prend acte de la décision unanime de la commission de discipline de l’Alliance pour la République (Apr) d’exclure définitivement monsieur Moustapha Cissé Lô du parti. En conséquence, monsieur Cissé Lô n’appartient plus au groupe parlementaire Benno bokk yaakaar», informe un communiqué du groupe parlementaire de la majorité. En outre, poursuit Aymérou Gningue, «le groupe parlementaire Benno bokk yakaar de l’Assemblée nationale, groupe politique, composé de toutes les forces de la majorité présidentielle sous le leadership lucide de Son Excellence Monsieur Macky Sall, président de la coalition, adhère totalement et s’approprie sans réserve le communiqué rendu public le lundi 6 juillet 2020 par le bureau de l’Assemblée nationale». L’exclusion de Moustapha Cissé Lô des rangs de l’Apr a été actée lundi, à travers un communiqué de la commission de discipline qui a jugé ses propos à l’encontre de Yakham Mbaye et de Farba Ngom «empreints d’une indécence que récusent la morale et la bienséance sociale» et «heurtent la conscience des populations».

Seule la radiation peut justifier l’exclusion de M. Lô du groupe Bby
Seulement, cette décision d’écarter Cissé Lô du groupe Bby ne reposerait sur aucune base légale, si l’on se fie au libellé de ce communiqué signé par Aymérou Gningue. Parce qu’il ne vise aucun article du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. A moins qu’il le fasse dans sa lettre d’information au président de l’Assemblée nationale. L’article 22 du Règlement intérieur dispose : «Les modifications apportées à la composition d’un groupe seront portées à la connaissance du président de l’Assemblée nationale, sous la signature du député intéressé s’il s’agit d’une démission, sous la signature du président du groupe s’il s’agit d’une radiation (Ndlr : ce serait le scénario aujourd’hui) et sous la double signature du député et du président du groupe s’il s’agit d’une adhésion ou d’un apparentement.» C’est que le président du groupe Bby devait qualifier cette exclusion. Et seule la radiation peut valider cette décision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here