PARTAGER

Les revendications des enseignants auraient certainement retenu toutes les attentions durant la célébration de la fête du 1er mai. C’est dans ce contexte que le chef de l’Etat a choisi de porter l’indemnité de logement des enseignants de 60 000 F Cfa à 100 000 F Cfa. Une façon de calmer les ardeurs des syndicalistes.

C’est une bonne nouvelle pour les élèves et leurs parents. La décision des syndicats les plus représentatifs de suspendre leur mot d’ordre de grève, suite à la proposition du chef de l’Etat de porter l’indemnité de logement à 100 000 frs, va contribuer au dénouement de cette crise scolaire qui avait pris des proportions inquiétantes. La proposition du chef de l’Etat peut être considérée comme un «cadeau de 1er mai» pour les enseignants. Au-delà de trouver une solution à cette crise qui aura des conséquences sur le niveau des élèves et le déroulement des examens, cette décision, qui intervient à 72h de la célébration de la Fête du travail, permettra aussi de calmer les ardeurs des syndicalistes.
La fête du 1er mai étant l’occasion pour les travailleurs de faire la revue de leurs revendications, il est évident que si le gouvernement n’avait pas décidé de porter l’indemnité de logement des enseignants à 100 000 Frs Cfa, les discours qui seraient prononcés à l’occasion de cette fête tourneraient autour de cette question. Surtout que ce bras de fer commençait à faire des victimes, dont les deux élèves du lycée El Hadj Malick Sy de Thiès, blessés lors d’affrontements avec les Forces de l’ordre. Ainsi que la marche des enseignants réprimés à Ziguin­chor. En prenant cette décision dans ce contexte, le président de la République a choisi la carte de l’apaisement. Et aussi montré qu’il est dans les bonnes dispositions pour apaiser le climat social.
C’est sûr que durant la journée du 1er mai, les travailleurs vont saisir l’occasion pour parler de leurs revendications, mais avec la suspension du mot d’ordre de grève des syndicats représentatifs de l’enseignement, les discours seront plus apaisés.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here