PARTAGER

Batailleuse et toujours déterminée sous le panier, Mame Marie Sy symbolise le «pivot de caractère» de l’Equipe nationale féminine de basket. Suffisant pour booster la motivation de l’une des doyennes (33 ans) de la Tanière à accompagner ses jeunes sœurs pour encore quelque temps.

L’internationale sénégalaise, Mame Marie Sy, ne songe pas pour le moment prendre sa retraite avec l’Equipe nationale de basket. Le pivot des Lionnes (33 ans, 1m85), qui vient de participer à la 18e édition du Mondial féminin à Tenerife, marquée par une victoire historique face à la Lettonie et une qualification au second tour, veut poursuivre l’avenir avec la sélection. «Je suis toujours là. J’y suis, j’y reste», a confié le pivot des Lionnes, au lendemain de l’élimination des vice-championnes d’Afrique par l’Espagne.
Absente lors de la première phase de la préparation à Dakar, elle a finalement rejoint le groupe lors de la seconde phase en France. Ce qui ne l’a pas empêchée de rendre une copie propre durant cette compétition. Autant sur le parquet qu’en dehors, Mame Marie a su jouer sa partition, comme par le passé, à chaque fois qu’elle a accepté d’être à la disposition de la sélection. Parmi les anciennes de la Tanière, elle joue et continue de jouer pleinement son rôle de leader.
Satisfaite du bilan de l’équipe, la Lionne félicite ses coéquipières tout en soulignant qu’il y avait de la place pour aller plus loin dans ce tournoi. «C’est un bilan mitigé parce que positif dans un premier temps et après il y a ce goût d’inachevé qu’on a senti à la fin. On aurait aimé réaliser l’exploit contre l’Espagne. Mais mine de rien, on a savouré notre victoire historique contre la Lettonie. Car c’est la première fois que cela arrivait», se félicite l’intérieure de Villeneuve d’Ascq, en sélection depuis 2009, qui en est à son deuxième Mondial, et est deux fois championne d’Afrique avec quatre participations à l’Afrobasket et une aux Jeux Olympiques, en 2016.

«La Fédération travaille, la volonté est là. Faut juste beaucoup communiquer»
Revenant sur les conditions de préparation de performance, Mame Marie salue d’abord le travail effectué par la Fédération sénégalaise de basket pour mettre l’équipe dans les meilleures conditions de performance. «Il y a plusieurs choses qui sont en train de s’améliorer plus ou moins. C’est vrai que des fois, on nous traite de syndicalistes quand on dénonce certaines choses mais faut dire que la fédération travaille pour essayer d’améliorer les choses. La volonté est là, après il faut juste beaucoup communiquer. D’ailleurs, en tant qu’ancienne, je n’hésite pas à parler aux dirigeants. J’apporte mon expérience par rapport à ce que j’ai vécu et par rapport à ce que font les autres nations. J’ai la chance de côtoyer certaines joueuses qui m’expliquent comment ça se passe au sein de leurs Equipes nationales», confie-t-elle.
Concernant les secteurs à renforcer, l’une des doyennes de la Tanière estime que le rôle incombe au sélectionneur. A ce sujet, elle confie que le coach a promis de leur faire part, individuellement, des manquements notés durant le Mondial.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here