PARTAGER

Nouveau président de la Caf, Ahmad Ahmad, dans des propos relayés par Bbc Sport, a déclaré qu’une rémunération serait un délit face à son désir de transparence et de bonne gouvernance, fer de lance de son programme. «J’ai refusé de percevoir un salaire à la Caf pour la simple raison que cela ne respecte pas la règle de bonne gouvernance», a-t-il déclaré au media anglais.
Une sortie dont l’entre-ligne pourrait souligner les pratiques de l’administration Issa Haya­tou, auquel il a appartenu puis succédé en mars dernier. Aussi, a-t-il réitéré son désir d’actionner une réforme qui dévoilera «les salaires de tous les employés de la Caf, des administrateurs du Comité exécutif et du président», lui-même.

Séparer les pouvoirs, l’autre combat de Ahmad
Au-delà du traitement financier des fonctionnaires de la Caf, Ahmad entend opérer également une réforme en vue d’une séparation des pouvoirs, pour éviter le conflit d’intérêts sur certains dossiers, dont la désignation des pays hôtes des compétitions continentales et surtout l’attribution des marchés de la Caf. «Je suis désolé de vous dire que lorsque je faisais partie du Comité exécutif, il n’y avait pas de séparation des pouvoirs -l’organe judiciaire, l’exécutif et le congrès-. Nous devons respecter l’indépendance de chaque organe. Il y a une grande tendance à monopoliser le pouvoir au sein du Comité exécutif. Il faut que cela soit revu et réformé avec de nouveaux statuts pour afin que chacun puisse se concentrer sur ses tâches», a clairement indiqué le  nouveau patron du football africain.

La grande question de la périodicité de la Can
Le Malgache a exprimé son inquiétude concernant l’organisation de la Can qui, pour lui, est de plus en plus éclipsé par le Chan. Une bonne transition pour glisser sur le terrain de la question de la périodicité de la compétition phare du continent, contestée par les écuries européennes. Le prétexte de sa bienveillance au sujet des footballeurs africains tiraillés entre le désir d’y participer et la menace de leurs employeurs, fut tout trouvé. «Nous devons tenir compte de leur situation. Nous devons veiller à ce que la Can ne détruise pas leur carrière», a-t-il martelé.

Nommé vice-président, Nyantakyi Nr 2 de la Caf
Au cours d’un symposium qu’il prévoit avec toutes les composantes du continent, «nous allons passer en revue tout cela, et nous allons prendre une décision qui convient à tout le monde pour que cette compétition soit valorisée à nouveau et attire plus de ressources et un plus grand public en Afrique».
Notons que le président de la Fédération ghanéenne de Football, Kwesi Nyantakyi, a été nommé au poste de vice-président de la Caf. L’information est confirmée à Accra par la Gfa. Nommé vice-président, Nyantakyi devient la deuxième personnalité de la Caf.
La nomination de Nyantakyi a été approuvée par le Comité exécutif de la Caf. En plus de cette nomination, ajoutons que le président de la Fédération nigériane de Football (Nff), Amaju Pinnick, est désigné au poste de président de la Can et du Comité des médias.

100 mille dollars aux fédérations
Dans le même temps, les délégués à cette Assemblée générale extraordinaire ont approuvé par acclamations, l’amendement du budget afin de permettre l’application du programme du président de la Caf. «Ce dernier s’était engagé, au moment de son élection le 16 mars 2017, à octroyer une subvention de 100 000 dollars à chaque association membre dont 20 000 au titre d’indemnités compensatrices pour le président de la fédération, 50 000 pour le soutien au football des jeunes et 30 000 comme participation à la couverture des frais des officiels», lit-on sur le site officiel de la Caf.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here