PARTAGER

Les réactions se multiplient après la déclaration du Président sortant Yahya Jammeh qui a rejeté les résultats de l’élection présidentielle gambienne du 1er décembre 2016, officiellement annoncée par la Commission électorale indépendante du pays. Dans un communiqué, le président de la Commission de la Cedeao, le président de la Commission de l’Ua et le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel se disent profondément préoccupés par cette situation. Ils appellent le gouvernement de la Gambie à respecter ses obligations constitutionnelles et internationales. Ils rappellent à Jammeh qu’il est fondamental que le verdict des urnes soit respecté et que la sécurité du Président élu, Adama Barrow, et de tous les citoyens gambiens soit pleinement assurée.
La Cedeao, l’Ua et l’Onu déclarent appuyer fermement la position du gouvernement sénégalais sur la question de la convocation d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. Elles demandent instamment aux parties concernées de contribuer à une transition pacifique et à la remise appropriée du pouvoir de l’administration sortante au Président élu dans les délais constitutionnels, conformément aux lois électorales gambiennes.
La Cedeao, l’Ua et les Nations unies demandent aux Forces de d’ordre, aux dirigeants élus, aux partis politiques et aux organisations de la Société civile, de rejeter la violence et défendre pacifiquement la volonté du Peuple, exprimée clairement dans les urnes. Ils appellent également les Forces de défense et de sécurité gambiennes à remplir leurs devoirs républicains. Les trois institutions, solidaires avec les Gambiens, saluent une fois de plus la maturité du Peuple démontrée tout au long du processus électoral et s’engagent à continuer à suivre l’évolution de la situation en Gambie.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here