PARTAGER

Dans une déclaration solennelle devant les représentants des principales institutions de la République de Côte d’Ivoire, le Président Alassane D. Ouattara a officiellement renoncé à se présenter pour briguer un 3ème mandat. Au Sénégal, cette annonce a nourri des positionnements et des revirements posturaux des plus spectaculaires !
Des pans entiers de la presse, des secteurs majeurs de l’opposition et de la Société civile, voire des Ong dont les représentants dans notre pays s’agitent frénétiquement, avaient, durant près d’une année, affirmé et soutenu la thèse que le Président Ouattara était dans une logique de 3ème mandat. Certains soutenant même, qu’il avait noué une sorte de «Pacte d’alliance comportementale» avec le Président Macky Sall, pour s’imposer illégalement !!
Toute honte bue et sans autocritique ou «mea culpa», ces mêmes acteurs s’emploient, à tue-tête, à faire du Président Ouattara, le parangon de la Bonne gouvernance d’Etat, pour l’élever au rang de «Dirigeant majeur» et «d’Homme d’Etat de premier plan» !
A la vérité, tous ces Messieurs ne sont guère intéressés par la vérité, la sincérité ou la bonne foi. Ils n’écrivent pas l’Histoire. Ils créent des légendes. Car, en «reconfigurant» le Président Ouattara, c’est à dessein qu’ils l’installent, artificiellement, dans le débat politique national.
Les allusions et insinuations à la position de principe du Président Macky Sall, sont ridiculement claires. Pourtant, les données de la question ne sont point compliquées. Le Président Ouattara, en effet, est arrivé au pouvoir en 2010, dans des conditions troubles et de guerre civile meurtrière.
Elu sur la base de mandats quinquennaux, à la différence notable du Président Macky Sall qui combine septennat et quinquennat, le Président Ouattara gère 3 réalités objectives : les prescriptions de la Constitution, son âge avancé (proche de 80 ans) et la double situation explosive qui enserre la Côte d’Ivoire. Cette Répu­blique amie vit une situation intérieure très tendue, au moment où elle est une grande cible du terrorisme, comme en attestent les attentats perpétrés à Grand-Bassam !
D’une grande lucidité, le Président Ouattara intègre dans sa gestion des questions, le fait qu’une terrible situation en Côte d’Ivoire affecterait dangereusement toute l’Afrique de l’Ouest dont elle est, avec le Nigeria, l’un des plus grands piliers !
Mais, ce qui est autrement plus intéressant dans la démarche des pourfendeurs d’hier du Président Ouattara, subitement grimés par on ne sait quel sortilège, en grands admirateurs, demeure leur refus d’évoquer le moment politique et historique durant lequel a été faite cette Déclaration.
Le Président Ouattara officialise sa position politique, le 5 mars 2020, c’est-à-dire l’année même de tenue de la Présidentielle, précisément à 7 mois de la date, car prévue en octobre 2020. Les mêmes acteurs qui, hier, attaquaient Ouattara et Macky Sall, admirent aujourd’hui Ouattara et continuent d’attaquer le président de la République, sont dans une incohérence et une inconséquence coupables. Ils démontrent, à la face du monde, qu’ils ne sont mus par aucune éthique politique ou engagement démocratique authentiquement sain. Leurs attaques contre le Président Macky Sall sont ad hominem, combinent haine et mauvaise foi plus que manifeste. Elles indiquent, on ne peut mieux, qu’elles ne reposent sur aucune cause noble et, tout au contraire, qu’elles s’écartent des valeurs et principes de la République !
Les déclamations ou rhétoriques guerrières, les coups de menton médiatiques et autres épées de papier au vent, ne sont que des opérations d’acteurs foncièrement antidémocratiques préférant des plâtres sur des jambes de bois, à une politique orientée vers l’accès de notre pays à l’émergence !
Malgré tout et en dépit de leurs tentatives d’installer dans notre pays une tambouille politicienne factice, ces acteurs savent là où se trouve le lieu de vérité : Macky Sall a raison !!
Il a raison d’assumer que sa responsabilité historique est de réussir le quinquennat, de réaliser les engagements qu’il a pris devant l’écrasante majorité des Sénégalais qui l’ont brillamment réélu et que condense le Programme «Liggeyël ëlëk».
Préoccupé par cette double exigence, le Président Macky Sall a raison de ne point emprunter les sentiers qui mènent à l’impasse et au blocage de notre pays engagé dans une marche irréversible vers l’émergence, puis le développement !!
A 4 ans de la fin du quinquennat, le Président Macky Sall emprunte les pistes salutaires et prendra ses responsabilités sur tout et au moment nécessaire. Autrement dit, la déclaration et la posture politique du Président Ouattara confortent une certitude : Macky Sall a raison !!!

Lamine NIANG
Convergence des Cadres Républicains (Ccr)
Responsable Politique à Rufisque

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here