PARTAGER

La Cpi est-elle une Cour contre l’Afrique ? Pour Me Sidiki Kaba, cette critique est «injuste» et «inutile». Raison pour laquelle le président de l’Assemblée des Etats parties du Statut de Rome salue la «compétence», le «courage» et la «détermination» du procureur près la Cpi, Mme Fatou Bensouda.

La Cour pénale internationale (Cpi) poursuit son opération séduction vis-à-vis des Etats africains. Au moment où l’idée d’un retrait collectif au sein de l’Union africaine (Ua) est agitée, la juridiction internationale se présente comme le meilleur recours pour lutter contre les crimes de masse. Lors d’une conférence tenue hier à Dakar, le président de l’Assemblée des Etats parties du Statut de Rome a appelé les Etats africains à coopérer avec la Cpi. «En dépit du chemin immense qui reste à parcourir pour une justice pénale internationale, voire universelle et efficace, je suis persuadé que pour libérer l’être humain partout où il se trouve, pour permettre à nos différentes Nations de se développer au plan social et économique, nous devons tous mener et gagner le combat universel contre l’impunité qui justifie notre engagement en faveur de la Cpi», a déclaré Me Sidiki Kaba, par ailleurs garde des Sceaux et ministre de la Justice du Sénégal.
D’après lui, l’accès à la justice pour tous et la lutte contre l’impunité ont désormais pris un cours irréversible. «En plus de remplir leurs propres obligations de coopération avec la Cpi, il est primordial que les Etats parties utilisent leurs ressources diplomatiques et matérielles pour favoriser une plus grande coopération avec la Cour», plaide Me Kaba. Dans sa plaidoirie, le ministre de la Justice a récusé les critiques «inutiles» et «injustes» d’une Cour contre l’Afrique. Il dit : «Il n’y aura plus de retour. On ira toujours de l’avant pour la justice qui est un bien commun de l’humanité, nécessaire à notre vie comme l’oxygène l’est pour la respiration.» D’ailleurs, il en a profité pour faire l’éloge du procureur près la Cpi, la Gambienne Fatou Bensouda, présente à la rencontre. «Vous faites votre travail avec compétence, courage et détermination. Je vous rends hommage pour votre force de caractère face parfois à des moments difficiles… Ne soyez pas déviée par les critiques inutiles et injustes. Vous êtes debout pour faire face», chante Me Sidiki Kaba à l’endroit de sa «sœur» sous les ovations nourries de l’assistance.
Auparavant, le procureur près la Cpi s’est inscrit sur la même ligne. D’après Fatou Bensouda, la lutte contre la criminalité exige des solutions innovantes et audacieuses. «Nous ne devons pas nous arrêter en si bon chemin. Au contraire, nous sommes encore plus déterminés parce que c’est notre responsabilité envers les générations futures», déclare-t-elle convaincue que la Cpi n’est pas une panacée, mais un Tribunal complémentaire aux juridictions nationales.
bgdiop@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here