PARTAGER

Comment une jambe a pu se retrouver dans le décor et plus précisément dans le cimetière Ndoumbélaan de Dangou (Rufisque Nord) ? C’est la mystérieuse découverte qui a eu lieu mardi dans la matinée.  La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre faisant ainsi affluer les populations vers la plus grande nécropole de Rufisque. «On était venus pour enterrer un parent. En entrant dans le cimetière, on a rien vu et beaucoup sont sortis après l’enterrement sans rien voir.  Mais une des personnes présentes a remarqué la présence d’une jambe près d’une tombe», a témoigné Mamadou Sall, habitant le quartier Hlm. «Quelqu’un a même pris l’initiative d’enterrer la jambe mais on l’en a dissuadé. C’est ainsi que nous avons contacté les autorités. La police est venue, le service d’hygiène aussi ainsi que les sapeurs-pompiers», a poursuivi M. Sall. De l’état de la jambe mystérieusement trouvée dans le cimetière, notre interlocuteur de préciser : «La jambe était dans un état de putréfaction pas trop avancée ce qui fait penser que ça fait moins de deux jours qu’elle est là. Elle va du dessus du genou aux orteils.» Djibril Mar, habitant près du cimetière, se veut formel. «Il ne s’agit pas d’une jambe déterrée du cimetière. Pas de traces de sable et il y a un pansement à hauteur de la cheville ; ce qui donne l’impression qu’il s’agit d’un membre amputé d’une personne malade», a témoigné le trentenaire. «Il n’y a pas de gardien qui passe la nuit dans ce cimetière donc tout peut y arriver», a regretté dans la lancée  M. Mar.
Les éléments de la police de Rufisque, arrivés moins de trente minutes après avoir été avertis, ont vite établi un périmètre de sécurité pour permettre à leur collègue de la police scientifique de relever des indices afin d’élucider cette affaire mystérieuse. Ceci fait, le service d’hygiène a procédé à la désinfection des lieux  avant que les sapeurs-pompiers n’acheminent le membre humain dans un lieu inconnu laissant derrière eux des populations se livrant aux conjectures les plus folles.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here