PARTAGER

C’est une découverte macabre qui a été faite dans la forêt de Badiandian ce samedi. Un corps en état de putréfaction avancé est découvert à l’entrée d’une plantation d’anacardes. C’est un paysan qui aurait donné l’alerte, après l’avoir aperçu lors d’une promenade. Des soldats de la 43e Compagnie d’incendie et de secours ainsi que des éléments de la Brigade de gendarmerie de Sédhiou se sont immédiatement rendus sur les lieux où, sur ordre du procureur, il a été inhumé hier, aux environs de 17h.
Rien n’a encore filtré de l’enquête diligentée par des hommes du commandant Nguër, nouvellement affecté à Sédhiou. Toutefois, des témoignages concordants révèlent que le corps présentait deux blessures par balle sur la tête. C’est qui laisse croire qu’il s’agit d’un cas de meurtre commis à l’aide d’une arme à feu. On ignore pour l’heure les véritables mobiles du présumé crime.
Des indiscrétions privilégient la thèse d’un homicide lié au vol de bétail. La victime qui a quitté son domicile, sis au quartier Dembaya, commune de Sédhiou, le jeudi matin aurait été aperçue dans les parages aux environs de 11h. Depuis lors, elle n’avait donné aucun signe de vie. De multiples appels téléphoniques de ses proches sont restés sans suite. «L’appareil qui est présentement entre les mains des enquêteurs sonnait dans le vide», confie notre source.
En attendant toute la lumière sur cette affaire, c’est l’interrogation et l’indignation à Dembaya au sein de la famille de Omar Sow, la victime. Originaire du nord du pays, l’homme âgé d’une cinquantaine d’années environ exerce le commerce de bétail et tient une boutique chez lui. Il est décrit par ses proches comme un père de famille exemplaire qui a laissé derrière lui une veuve et quatre enfants dont une fille.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here