PARTAGER

La suspension de 10 ans infligée à Baba Tandian a du mal à passer aux yeux de plusieurs personnalités du sport et autres dirigeants du basket sénégalais qui s’offusquent surtout de la sévérité de cette sanction. Le ministre des Sports est interpellé pour éteindre le feu qui couve sous le panier.

A l’annonce de la réunion de la Commission de discipline de la Fédération sénégalaise de basket pour statuer sur le cas Baba Tandian, tout le monde s’attendait à des sanctions contre le nouveau président de Saint-Louis basket club (Slbc). En clair, l’ancien président de la Fédé de basket, accusé de «faute grave», ne pouvait échapper au «sabre aiguisé» de l’équipe de Me Babacar Ndiaye.
Mais au-delà du contexte choisi par les Fédéraux (celui du coronavirus) et qui pose problème, c’est surtout la lourdeur de la sanction qui fait débat. «10 ans, c’est trop !», ont clamé en chœur de grandes personnalités du sport sénégalais comme, entre autres, le doyen Mamadou Cora Fall (dans le quotidien Record) et l’ancien ministre des Sports, Abdoulaye Makhtar Diop (dans Les Echos).

La lourdeur de la sanction a noyé les arguments de la Fédé et la «faute» de Tandian
Si le président des Saltigués de Rufisque se désole en parlant d’une «affaire déchirante», le Grand Serigne de Dakar est allé plus loin par rapport à la lourdeur de la sanction. «Le président de la Fédération est un avocat et il sait qu’il y a des barèmes dans les sanctions. En matière de droit, on dit ‘’pas de peine sans loi’’. Je pose la question à savoir si dans les règlements de la Fédération il est prévu des suspensions selon la gravité de la faute», s’est interrogé l’ancien ministre d’Etat. Qui en déduit : «Pour la Fédé­ration de basket, si on ajoute 10 ans à l’âge de Baba Tandian, on peut lui dire carrément qu’on t’a exclu à vie… Donc ils n’ont qu’à le radier définitivement.»
Même Mohamed Sy, ancien vice-président de la Fédé de basket et qui resté longtemps loin des médias, s’est exprimé dans Stades. Le dirigeant lougatois, qui maîtrise parfaitement les textes, a tenté de démonter les arguments des Fédéraux sur le fond comme sur la forme.
En fait, en passant en revue les réactions des uns et des autres, le constat est que la lourdeur de la sanction a complètement noyé les arguments des Fédéraux et aussi la «faute» de Baba Tandian qui n’est pas exempt de tout reproche.
Et comme sortie de crise, le président Cora Fall, tout en regrettant que cette affaire «qui ternit l’image du basket sénégalais» n’ait pas été traitée en interne, suggère que les présidents de club jouent les médiateurs.

Matar Ba interpellé pour éteindre le feu 
Mais au-delà d’une médiation, Abdoulaye Makhtar Diop pense qu’il revient au ministre des Sports de siffler la fin de la récréation. «La peine infligée à Baba Tandian est sévère. Ces problèmes doivent être réglés au plus vite par le ministre Matar Ba, parce que lui seul en a le pouvoir. Je l’interpelle parce que l’heure est grave. M. Ba doit prendre ses responsabilités et en finir avec ces choses qui peuvent nuire au sport sénégalais. Le sport doit être un vecteur de rassemblement et pas le contraire», a martelé l’honorable député.
Avec la riposte annoncée du côté du Saint-Louis basket club qui n’écarte pas de saisir les juridictions internationales, on risque d’aller vers une reprise mouvementée sur le parquet. A moins que d’ici là, les médiateurs n’entrent en jeu. Ou que le ministre des Sports, attendu aussi sur la crise de la lutte, n’éteigne le feu…sous le panier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here