PARTAGER

Le dossier des binationaux est toujours difficile à gérer pour tout sélectionneur. Si certains se livrent à un jeu en privilégiant leur pays d’adoption, d’autres n’hésitent pas à faire un choix sans calcul. En fait, tout tourne autour d’un patriotisme pur et dur des fois, mais opportuniste parfois. Décryptage.

Leurs noms reviennent souvent à l’approche de la publication d’une liste de l’Equipe nationale. Rebelote à la veille des troisième et quatrième journées des éliminatoires de la Can 2021, prévues fin mars face à la Guinée Bissau, avec les noms des binationaux comme Malang Sarr de l’Ogc Nice et Bouna Sarr de l’Olympique de Marseille qui reviennent en surface.
Auteurs de belles prestations et titulaires indiscutables dans leur club, les deux joueurs semblent être très proches de porter les couleurs du Sénégal. Et cela, après avoir attendu pendant longtemps et vainement une convocation de leur pays d’adoption, la France.
«Oui, j’ai déjà discuté avec Aliou Cissé et j’ai toujours eu la même réponse : je ne suis pas pressé et je prends mon temps», a récemment déclaré le Niçois âgé de 20 ans, dans une vidéo publiée sur le site spécialisé footsenegal.com. Avant d’ajouter : «Quand je serais prêt, je le ferais savoir. Je continue d’emmagasiner de l’expérience.»
De son côté, Bouna Sarr, âgé de 27 ans, serait lui aussi toujours en pleine réflexion quant à son choix international. Son cœur balance entre la Guinée et le Sénégal, à défaut bien évidemment la France, son pays d’adoption.
Seulement, avec un groupe qui vit bien depuis bientôt huit ans et qui semble avoir acquis le maximum d’expérience lors des dernières campagnes africaines et mondiales, la priorité du sélectionneur Aliou Cissé et de son staff technique serait plutôt de conserver les acquis et de corriger les erreurs du passé, afin de mieux aborder les prochaines échéances.
Encore que l’effectif en place semble quand même disposer d’arguments suffisants pour décrocher le premier titre continental tant attendu par tout le «Sénégal du foot». Mais aussi, pour s’offrir une nouvelle qualification de suite à la phase finale de la Coupe du monde Qatar 2022, après l’édition de la Russie.

Mettre à profit la concurrence interne, puiser chez les sélections de jeunes
Finaliste de la dernière Can en Egypte, la bande à Sadio Mané impose le respect sur le continent et ailleurs. Et cela, dans tous les secteurs de jeu. Sur ce chapitre d’ailleurs, il serait plus logique de mettre à profit la concurrence interne que celle extérieure, dans un souci de préserver la dynamique de groupe. Autant en défense, au milieu ou encore en attaque, le staff technique dispose d’une profondeur de banc que tout entraîneur envie. En témoigne l’attaque avec le retour gagnant de l’attaquant de Bristol Famara Diédhiou, mais aussi du jeune Messin Habib Diallo, l’une des grosses satisfactions de la saison en Ligue 1 française.
Si la Tanière n’est nullement fermée à aucun joueur sénégalais, comme ne cesse de le rappeler le technicien Aliou Cissé, la logique voudrait que les places soient plutôt réservées aux jeunes des autres sélections, aux Lionceaux ou encore à un expatrié «intéressé et prêt» à défendre les couleurs nationales et sans calcul dirigé souvent vers une improbable convocation chez les Bleus.
Comme l’ont fait des joueurs comme Kalidou Koulibaly, Youssouf Sabaly, Salif Sané, Mbaye Niang et bien avant eux, Khalilou Fadiga, Lamine Sané, Moussa Sow, Mamadou Niang, Habib Bèye, Lamine Diatta et Ferdinand Coly.

Coupe arabe U20 : Le Sénégal domine le Soudan
Après son entrée en matière timide contre l’Emirats Arabes Unis (0-0), l’Equipe nationale du Sénégal U20, invitée du tournoi de la Coupe arabe édition 2020, s’est relancée en dominant le Soudan sur le score de 3 buts à 1 hier, au stade de Ryad. Il a fallu attendre la deuxième journée de la poule D pour voir les Lionceaux sortir leurs griffes. Emmené par Issa Aïdara, l’adjoint de Youssouf Dabo, le Sénégal a sorti le grand jeu. Les partenaires de Pape Matar Sarr, auteur du troisième but sénégalais, ont fait le job dès la première partie. Après l’ouverture du score à la 28e minute par Samba Diallo, attaquant de Darou Salam, les Lionceaux ont vite tué le moindre suspense. Sur un service de Libasse Guèye de Diambars, le pensionnaire de Darou Salam Niokhor Ba double l’addition. Une minute plus tard, 43′, Pape Matar chipe le ballon dans l’entrejeu, avec sa puissance de frappe, lance une «bombe» dans le camp soudanais. Au retour des vestiaires, l’attaquant soudanais réduit le score final à 3-1. Avec quatre points au compteur sur six possibles, les coéquipiers de Moussa Ndiaye, leaders provisoires de la poule D, ont presque «validé» leur ticket pour le second tour. Ils feront face à la Libye ce mardi (24 févier) pour le compte de la troisième journée.

wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here