PARTAGER

Des autorités présentes hier à la présentation du livre, «La face cachée de Ndongo Lô», pensent qu’à travers cette œuvre, Déthié Ndiaye a donné une seconde vie à l’artiste. Ils ont aussi fait des témoignages sur le défunt artiste et trouvent que tout le Sénégal est redevable à l’auteur de cet ouvrage.

Un an après sa publication, aux Editions Wissens, l’heure était hier pour Déthié Ndiaye de passer à la présentation et à la dédicace de son livre : «La face cachée de Ndongo Lo.» Un moment pour des autorités et certains proches du défunt chanteur d’émettre des témoignages sur l’artiste pikinois décédé il y a 13 ans, de magnifier le livre et de montrer leur reconnaissance à l’endroit de l’auteur. Sur ce, tous à l’unanimité trouvent qu’à travers cette œuvre, l’auteur a donné une seconde vie à M. Lô. «Ce que vous avez fait, vous ne l’avez pas seulement fait pour Pikine et Guédiawaye, mais vous l’avez fait pour tout le Sénégal. Car Ndongo était là pour tout le monde. C’était un garçon bien, qui aimait son père, sa mère, sa famille en général. Il aimait aussi son travail et le respectait», déclare Adja Dieynaba Fall, ex-maire de Sam notaire d’une voix à peine audible. «En tant que mère de Nongo Lô, je dis qu’on vous sera reconnaissant durant toute notre vie. A traves ce livre, vous avez fait renaitre mon fils et son œuvre», ajoute celle qui a été toujours une seconde maman pour l’artiste disparu. Selon Guissé Pène, ce que Ndongo Lô a fait dans la musique est extraordinaire. Car avec trois albums seulement, «il a pu avoir autant d’écoutes, autant d’attentions, et autant de personnes. Il est aimé de tous et était l’ami de tout le monde».
Revenant sur les liens qu’il entretenait avec Ndongo, M. Pène a rappelé qu’il a joué un rôle dans sa carrière à ses débuts. «Je suis lié à lui car Omar Pène qui a préfacé ce livre, c’est mon frère. Ndongo Lô avait une voix qui avait une originalité rare dans le paysage musical sénégalais», dira cet acteur culturel, avant de magnifier l’ouvrage.
Le maire de Pikine Nord pense, pour sa part, que Ndongo est une fierté pour Pikine. Et grâce à Déthié Ndiaye, il est toujours vivant. «A travers cette œuvre, il lui a donné une seconde vie. Personne ne peut payer Déthié, ni Pikine ni la famille de Ndongo. Grâce à lui, Ndongo représente pour le Sénégal ce que Bob Marley constitue pour la Jamaïque. Qu’on le veuille ou non, Ndongo, c’est la coqueluche de la musique sénégalaise», dit-il. Et l’ex-ministre Farba Senghor d’emboucher la même trompette : «Ce que l’enfant de Pikine a fait dans la musique, même les générations futures peuvent en tirer des leçons. Et ce que Déthié a fait pour Ndongo Lô est quelque chose de vraiment grandiose. Parce qu’en Afrique, nous avons la tradition orale, mais l’écriture reste.»
L’ouvrage «La face cachée de Ndongo Lo» revient sur les étapes décisives de la vie du défunt chanteur, s’intéresse aux thématiques développées par l’artiste pour rendre compte de leur rapport au social. En donnant la parole à ceux qui l’ont accompagné du début à la fin de sa carrière. «La face cachée de Ndongo Lô, préfacé par Omar Pène, et post-facé par Mouhamed Ndao Tyson, est assez indicateur du mystère qui enveloppe l’être et le vécu du chanteur pikinois», explique l’auteur Dethié Ndiaye.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here