PARTAGER

Des Gambiens, établis au Sénégal, ont tenu une conférence de presse hier pour clouer au pilori Me El hadji Diouf, qui est contre une intervention militaire en Gambie. Ils ont également demandé l’appui des Sénégalais et appellent l’Armée gambienne à faire allégeance au Président élu pour assurer une transition pacifique du pouvoir le 19 janvier prochain.

Me El hadji Diouf, qui est contre toute intervention militaire en Gambie pour contraindre Yahya Jammeh à quitter le pouvoir, agace passablement plusieurs Gambiens. Les rappeurs Killer Ace, Red Cham, Dr Sidath Diop, ancien ministre des Affaires étrangères gambien, le journaliste gambien Fréderic Tendeng, Xuman,  Fadel Barro,  de Y en a marre, le clouent au pilori pour sa sortie. «Me El Hadji Diouf est sorti dans les médias pour dire des choses qui ne sont pas vraies, et nous, en tant que Gambiens, avons plus le droit que lui de dire ce qui ce passe dans notre pays, parce que c’est nous qui vivons là-bas», a fustigé le rappeur Killer Ace en conférence de presse hier. Le fait qu’il soit avocat, soutient-il, «ne lui permet pas de mieux maitriser la Constitution de notre pays, il a fait une grosse erreur, il a dit en Gambie que c’est la Cour suprême qui donne les résultats, alors que cela n’existe pas en Gambie, ça n’existe qu’au Sénégal, car là-bas c’est la Commission électorale indépendante qui donne les résultats.»
Dans la même veine, Niang Ndiaye, estime qu’il y a des gens, qui ont droit à l’expression et qui ont une certaine responsabilité, doivent mesurer leur parole. «Des personnes comme Sidy Lamine Niass et Me El hadji Diouf, s’ils étaient conscients, ils devaient d’abord voir ce que le suffrage du Peuple gambien vaut pour eux. Mais, s’ils parlent pour faire le buzz, ou améliorer leur position économique, on se demande alors si tout va bien chez eux», regrette-t-il. En réitérant leur soutien au Peuple gambien, ils se projettent sur le 19 janvier, qui marque la fin de la transition. «Et d’ici là, nous avons besoin de tous les Séné­galais et Panafricains. Nous refusons, en tant que Gambiens, que Yahya Jammeh dirige encore le pays et nous ne pouvons pas le faire seuls», rappellent-ils. Lancien ministre des Affaires étrangères de la Gambie, Dr Sidath Diop, pour sa part, de­mande à l’Armée gambienne de faire allégeance à Adama Barro pour une transition pacifique. «Si le Président sortant refuse de céder le pouvoir le 19 janvier, promet Red Cham, rappeur, nous sommes prêts à sortir dans les rues et aller jusqu’au palais  le chercher.» Wait and see !

Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here