PARTAGER

Selon le Forum civil, les retards constatés dans les investissements et dans la disponibilité des infrastructures dans le secteur de l’eau sont à l’origine de la pénurie que vivent les populations de Dakar. Dans un communiqué, l’organisation demande aux autorités de prendre des mesures fortes pour mettre fin à cette situation.

Le Forum civil condamne et regrette la pénurie d’eau que vivent les populations de la région de Dakar. Analysant la situation, cette organisation de la Société civile soutient que «la présente pénurie que vivent Dakar et sa banlieue, est essentiellement imputable à un déficit d’anticipation des besoins hydriques des populations, par les autorités compétentes dans la gestion du service public de l’eau». Dans un communiqué, le Forum civil «condamne fermement cette attitude habituelle des autorités consistant à réagir tardivement aux problèmes des citoyens plutôt qu’à les prévenir en vue de leur apporter les meilleures solutions». Par la même occasion, les membres de cette organisation ont déploré «les retards constatés dans les investissements et dans la disponibilité des infrastructures à temps pour faire face à la demande croissante des populations». De même, le Forum civil «invite l’Etat à situer les responsabilités et à prendre des mesures fortes afin de mettre fin à de tels manquements graves et récurrents».
Il demande aussi aux autorités de prendre «toutes les dispositions nécessaires afin de soulager définitivement la souffrance des populations». Le Forum civil veut également «une meilleure harmonisation entre les ministères dans la définition et la mise en œuvre des politiques publiques». Il estime également que, «particulièrement, les plans directeurs d’urbanisme et d’aménagement des territoires doivent être mieux articulés aux politiques de développement du secteur Eau-assainissement-électricité, et inversement». En outre, les membres de ladite organisation estiment qu’il «est également grand temps que la responsabilité des délégataires exploitant les installations d’alimentation en eau potable soit engagée en cas d’interruption ou carence par un comité de régulation». Ce, «à l’image de ce qui existe dans le secteur de l’électricité et ayant les prérogatives du comité interministériel de suivi et de contrôle». «Les usagers pourraient s’adresser à ce comité de régulation pour faire prévaloir leurs droits», déclare le document.
Par ailleurs, le Forum civil se désole dans son communiqué que «cette situation ne se limite pas qu’à Dakar». Selon lui, «dans les régions comme Kédougou, les populations ont fini par se résigner à l’indisponibilité du liquide précieux pendant une certaine période de l’année». Ce qui pour le Forum civil «est inacceptable au moment où l’accès à l’eau est reconnu comme un droit fondamental et au moment où les pouvoirs publics sénégalais déclarent avoir atteint largement les Omd, en ce qui concerne l’eau».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here