PARTAGER

Alors que la rentrée est déjà effective, l‘académie de Kolda doit faire face au sérieux problème d’éradication des abris provisoires et aussi surmonter le déficit d’enseignants et de tables-bancs.

Le cahier de doléances est surchargé : L’académie de Kolda compte au total 620 classes en abris provisoires : Les Ins­pections de l’éducation et de la formation (Ief) de Kolda et de Vélingara en comptent respectivement 138 et 186. Alors que Médina Yoro Foulah culmine à 296 salles de classe faites en palissade. Malgré les efforts des différents Conseils départementaux dans l’accompagnement de l’école par des constructions de bâtiments, l’académie peine à éradiquer ces constructions provisoires dans ses écoles. La plupart de ces types de salles de classe sont enregistrés dans certains collèges et lycées de la région. Une épine profonde dans les pieds de l’éducation dans cette partie sud du pays. Face à cette situation qui crée une école à deux vitesses avec le démarrage tardif des enseignements-apprentissages, des programmes sont en cours pour l’éradication de ces abris provisoires. Il s’agit du Projet d’appui au système éducatif de base (Paseb), le Renfor­cement de l’appui à la protection des enfants (Rape) et le Pro­gramme zéro abri provisoire (Prozab).
A côté de cette difficulté due à l’existence de beaucoup d’abris provisoires, d’autres contraintes sont notées en ce début d’année scolaire. Le désherbage encore en cours dans certains écoles et établissements, l‘occupation de salles de classe à Vélingara par des victimes des fortes pluies, même si des solutions sont trouvées pour faire libérer les lieux, sont quelques difficultés du moment.
Par ailleurs, la question des tables-bancs se pose avec acuité. Depuis plusieurs années, l’académie de Kolda ne reçoit pas de dotation en tables-bancs et autres mobiliers scolaires. Le déficit est alors énorme à tous les niveaux d’études dans cette région, qui peine à moderniser ses infrastructures scolaires. A l’instant, l’Ief de Vélingara a exprimé un besoin pressant d’environ 8 753 tables-bancs contre 5 075 pour l’Ief de Médina Yoro Foulah. Quant à l’Ief de Kolda, son besoin est évalué à 9 037 tables-bancs. A côté de ces besoins exprimés, le lycée Alpha Molo Baldé en cherche 300 pour combler le vide.
En analysant la cartographie scolaire de l’académie de Kolda, les mouvements des enseignants constituent l’autre grosse difficulté. Cette année, l’académie a enregistré plus de départs que d’arrivées, provoquant un déficit de personnel à résorber le plus rapidement possible. Au niveau de l’enseignement préscolaire et élémentaire, il est noté 167 départs contre seulement 16 arrivées. Alors que pour le moyen, on a enregistré 51 départs contre 12 arrivées. Dans l’enseignement secondaire, 39 enseignants sont partis hors de la région contre seulement 5 entrants. Tout cela donne un écart de moins 224 enseignants. Malgré ces difficultés et contraintes enregistrées, l’académie de Kolda a pris toutes les dispositions pour un bon démarrage des enseignements-apprentissages à tous les niveaux d’études. Des rencontres préparatoires et de coordination ont aussi mis l’accent sur le respect du protocole sanitaire face au coronavirus. Malgré cette situation peu enviable, les élèves et les chefs d’établissement étaient bercés par un enthousiasme réconfortant pour cette nouvelle rentrée après une pause de plus de 8 mois pour la plupart des enfants. Sur les lieux, certains enseignants ont même franchi les portes des salles de classe pour des mises à niveau par quelques exercices.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here