PARTAGER
Mademba Sock, Secrétaire général de l’Unsas

La tension que traversent des secteurs vitaux comme la santé, La Poste, la justice, les transports, la manutention… demeure une «vive» préoccupation pour les membres de l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (Unsas). Ce qui les pousse à inviter le gouvernement à concrétiser les accords déjà signés avec tous les syndicats et réclamer «la finalisation des discussions sur le système de rémunération en vue d’un traitement juste et équitable de tous les agents de la Fonction publique».

«La dégradation du climat social dans des secteurs vitaux tels que la santé, la Poste, la justice, les transports, la manutention…» préoccupe «vivement» l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (Unsas). Ce qui est suffisant, aux yeux de la centrale autonomiste, pour la pousser à appeler l’Etat «à matérialiser sans délai les accords déjà signés avec tous les syndicats des travailleurs. Elle exige des autorités étatiques la finalisation des discussions sur le système de rémunération en vue d’un traitement juste et équitable de tous les agents de la Fonction publique».
Observant la situation à la Poste, la centrale syndicale dirigée par Mademba Sock constate pour le déplorer que «l’Assem­blée générale des travailleurs de La Poste, regroupés au sein du Sntpt, a subi un sabotage qui n’a fait que renforcer l’engagement et la détermination des syndicalistes à obtenir leur implication dans la construction du projet de restructuration de leur entreprise».
Pour ce qui est du domaine de la justice, l’Unsas indique que «le Sytjust se voit obligé de relever le ton de la protestation pour réclamer la matérialisation de tous les engagements que le président de la République a pris le 5 avril 2018 dans le sens de l’amélioration de leur statut et plan de carrière, la revalorisation du régime indemnitaire, l’élargissement de l’assiette du fonds commun des greffes et l’octroi d’une assiette foncière». Alors qu’à propos du secteur de la santé, l’Unsas fait remarquer qu’«après avoir octroyé une indemnité à un corps, le gouvernement refuse d’ouvrir des négociations sérieuses sur le régime indemnitaire et impose à l’alliance And gueusseum de poursuivre sa lutte pour réclamer des indemnités de responsabilité, de risque et de représentation paramédicale que tous les agents médicaux méritent eu égard à la pénibilité de leur métier».
Par ailleurs, la centrale syndicale autonome est d’avis que «l’atteinte des objectifs de développement que notre pays s’est fixé» bute sur «le réchauffement du climat social ainsi que les menaces qui pèsent sur l’année scolaire».
«Les injustices et iniquités salariales dans la Fonction publique, le rejet de la participation des travailleurs à la formulation des politiques et programmes qui affectent leur vie et le non-respect des accords signés et actés polluent le dialogue social et affectent dangereusement l’économie du pays», note encore l’Unsas.
mdiatta@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here