PARTAGER

A l’observation de l’état actuel des travaux à cinq mois de la livraison selon le dernier délai donné par la Caf ; le Cameroun risque au mieux, un autre glissement de date.

Dans le quotidien Mutations de ce 2 décembre 2019, on parle de la Coupe d’Afrique des Nations 2021, qui doit être organisée au Cameroun. A la Une de ce journal, on lit en gras : «La Can à péchés.»
Notre confrère a fait le tour d’horizon des travaux d’infrastructures sportives, à cinq mois de la livraison des travaux, selon le dernier délai fixé par la Caf. Tout d’abord, le stade Paul Biya d’Olembé : ce dernier est encore «très loin de ce que prévoit le cahier des charges… Dans l’enceinte du stade, l’aire de jeu est recouverte de gravier fin, toujours pas de gazon, des engins légers manœuvrent tout autour», note Mutations.
Les chantiers de la ville de Douala eux-mêmes ne rassurent guère. «Si les travaux au stade de Japoma semblent tirer vers la fin, ce n’est pas le cas des voies d’accès. L’axe principal qui mène au stade de Japoma est encore en chantier… L’ambiance des travaux est visiblement la même au stade de la réunification à Bepanda», relève le journal.
Le stade omnisport de Kouekong à Bafoussam est presqu’achevé : «selon le responsable de l’entreprise chinoise (Cmec) en charge des travaux sur ce site, le gros œuvre est effectué à hauteur de 89,63% pour le stade omnisport Kouekong et 95,83% pour son annexe», relaie le journal.
Au Nord, le stade Roumdé Adjia est prêt à 90%. «Si le stade principal d’une quantité de 20 000 places, le stade annexe et l’hôtel 4 étoiles de 70 places affichent fière allure, ce n’est pas le cas avec d’autres infrastructures… Le stade du Cenajes, le stade d’entraînement de Poumpoumré, le stade du complexe sportif de coton sports et l’hôtel des sports de 100 chambres accusent d’énormes retards.»
«Outre les infrastructures sportives, des voies d’accès ne sont guère viabilisées, les plateaux techniques dans les hôpitaux ne sont pas mis à niveau et le spectre de l’insécurité plane toujours sur le site de Limbe…cette situation démontre que le Cameroun n’est peut-être pas prêt à accueillir la Can 2021», déclare Mutations.
Le Cameroun court en effet contre la montre. La Confédération africaine de football (Caf) a donné six mois au pays des Lions Indomptables pour livrer les chantiers consignés dans le cahier des charges de la Can 2021. Délai qui expire fin avril 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here