PARTAGER

A la veille de la rencontre entre la Côte d’Ivoire et la Namibie, les supporters et journalistes ivoiriens ont été priés par le ministre des Sports, Paulin Danho, de se rendre au stade avec leurs bagages. Une décision qui a fait polémique et suscité des interrogations au sein de l’opinion quand on sait que la compétition est prévue pour durer un mois. Koaci.com informe que de retour mardi à Abidjan, se confiant à un média local, le premier responsable des Ivoiriens en Egypte s’est expliqué.
Selon Danho Paulin, par ailleurs maire de la commune d’Attécoubé, il faut être cartésien car la Can a changé de formule et il fallait donc anticiper puisque, selon lui, gouverner c’est prévoir. «Nous avons anticipé pour permettre une grande participation des Ivoiriens avec les moyens les plus réduits possibles. Nous avons fait deux packages. Un qui courrait du 20 au 2 juillet. Nous avons envoyé les supporters, les personnes de la Société civile et journalistes. Parce que nous voulons créer une dynamique autour des Eléphants. Nous avons envoyé 100 personnes au premier package qui devraient revenir le 2 juillet à Abidjan. Ils sont rentrés. C’était prévu. Il n’y a pas de génération spontanée. Et la deuxième vague part une semaine après. Parce que ce n’est pas pertinent de garder des gens une semaine au Caire à ne rien faire. Il faut faire attention à la dépense publique», s’est-il justifié, avant d’annoncer le retour des supporters au pays des Pharaons.
«Les supporters sont venus sans leurs bagages et passeport. Parce qu’ils vont retourner. Ils sont venus prendre des forces. C’est un package et cela nous revient plus moins cher. Il faut changer de paradigme. Quand on a les moyens il faut les optimiser. Il faut négocier des mois avant. C’est qu’on a fait. Ce week-end ils vont tous repartir encore plus nombreux pour soutenir nos Eléphants.»
Une explication qui mettra peut-être fin à la polémique pour se concentrer sur l’essentiel, à savoir la qualification des Eléphants contre les Aigles du Mali, lundi prochain à Suez.

wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here