PARTAGER

La construction du Port du Futur va démarrer durant le 4ème trimestre de 2018. L’annonce a été faite par le Directeur général de Dubaï port world. Si pour le moment, le montant de l’investissement ainsi que la durée des travaux n’ont pas été rendus publics, le lieu par contre, n’est plus un secret. Le Port du Futur sera érigé à 45 km de Dakar. Il sera installé entre Ndayane et Toubab Dialaw, a informé Alassane Diop. Toutes les activités portuaires y seront-elles transférées comme on l’a fait avec Aibd ? Alassane Diop pense, en tout cas, que c’est la condition pour décongestionner la capitale en limitant le trafic routier. M. Diop espère d’ailleurs que «la première phase sera opérationnelle pour que l’activité conteneurs de Dakar puisse y être transférée». Selon le Directeur général de Dpw, la première phase devrait être terminée en 2021. Ces propos ont été tenus hier lors du media day que la structure a organisé en prélude à la célébration de ses 10 ans de présence au Sénégal.

10 ans de présence de Dpw au Sénégal
A cet effet, il faut rappeler que c’est le 1er janvier 2008 que le contrat de concession du terminal à conteneurs a pris effet. Entre temps, «10 ans de succès» se sont écoulés, informe le Dg de Dpw. Alassane Diop, chiffre à l’appui, a décortiqué ces «10 ans de succès». Le volume de conteneurs traité est passé du simple au double depuis 2008 explique-t-il. «De 237 mille conteneurs en 2008, nous sommes passés à plus de 600 mille conteneurs en 2017. La productivité a plus que doublé. Avant 2007, on était à 15 mouvements à l’heure, au­jourd’hui, on est à 40 mouvements à l’heure», informe Alassane Diop. Qui impute cette «réussite» à l’investissement consenti par la structure. Selon lui, 125 milliards de francs Cfa ont été injectés dans l’équipement du terminal. Aujourd’hui, cet effort financier semble porter ses fruits. «Avec les nouveaux investissements de plus de 25 milliards de francs Cfa, cette année nous avons atteint un record de productivité. Sur certains navires, nous sommes à 87 mouvements à l’heure. C’est un record pour le port de Dakar, mais pas pour Dpw seulement», martèle Alassane Diop, qui a quitté son bureau climatisé pour jouer au guide pendant une demi-journée. A cet effet, il convient de tirer un chapeau bas aux hommes qui y travaillent. Car de la visite on retient cette obsession sécuritaire des agents. Il était rare pour ne pas dire impossible de voir une personne se faufiler dans les travées du terminal. «On peut faire des compromis sur la finance, mais sur la sécurité, il est hors de question de faire des compromis», a dit Alassane Diop.

Le terminal à conteneurs accueille entre 900 et 1000 camions/j
Avant d’ajouter qu’en moyenne, c’est «entre 900 et 1000 camions par jour» qui transitent au terminal. Et le temps de service y est en moyenne, selon le directeur général, 27 minutes. Ce qui est le résultat d’une informatisation des systèmes de gestion.
Seulement, reconnait Alassane Diop, «le port se situe dans un environnement enclavé. Il y a qu’une seule entrée et sortie». Ce qui contribue à fragiliser la mobilité. Mais estime-t-il, «il faut faire avec jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée». Pour Alassane Diop, «le transfert des activités du port de Dakar à l’extérieur de la ville» est nécessaire. En ce sens, informe-t-il, «les études sont finalisées pour préparer le port du futur. Il aura la capacité de recevoir les plus grands navires au monde avec 18 mètres de profondeur, alors que l’actuel port en a 13 mètres».
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here