PARTAGER

L’histoire du parti Rewmi va désormais s’écrire sans Thierno Bocoum. L’ancien député a mis fin à ses activités au sein de ladite formation. Il compte désormais s’exprimer dans un autre cadre. Il promet aussi d’œuvrer pour une alternance générationnelle.

Rewmi perd encore un cadre. La saignée continue pour la formation de Idrissa Seck. Thierno Bocoum a mis fin hier à son compagnonnage avec le président du Conseil départemental de Thiès. En plus de perdre un militant, Rewmi perd aussi sa voix puisque l’ancien député était dans les faits, même sans en avoir le titre, le porte-parole de ce parti d’opposition, qui ne l’avait pas investi lors des élections législatives du 30 juillet dernier.
Est-ce cela la cause de son désamour ? Pour le moment, le principal concerné n’a pas du tout donné les véritables raisons de son départ. Il s’est contenté, sur sa page Facenook, de poster le message suivant : «Suite à une longue réflexion, je vous annonce que j’ai décidé, par convenance personnelle, de mettre fin à mes activités au sein de la formation politique, le Rewmi.» Mais il faut croire que, même loin de son désormais ex-mentor, Thierno Bocoum compte poursuivre le combat entamé depuis la sortie du parti Rewmi de la coalition Benno bokk yaakaar. «Mon combat politique, j’ai décidé de le poursuivre autrement, avec des compatriotes du Sénégal et de la diaspora. Mon combat sera exclusivement axé sur la défense des intérêts du Peuple sénégalais, gravement menacés aujourd’hui par la mauvaise gestion du régime de Macky Sall. Dans ces moments difficiles que traverse notre pays, je ne peux ignorer mon devoir et remplir la part de mission qui s’impose à nous tous. Notre devoir, nous exige d’être aux côtés des populations effarées, victimes de pratiques politiciennes d’hommes et de femmes sans principes et sans valeurs. Des pratiques qui ont fini par installer la peur de l’avenir.»
Il souhaite ainsi prendre une voie autre que celle des dirigeants politiques actuels qui, selon lui, ne sont mus que par leurs intérêts personnels en lieu et place des préoccupations des populations sénégalaises. Rom­pre avec les vieilles pratiques est aussi l’un de ses objectifs. «J’entends réaliser une alternance générationnelle, pour que la politique se fasse autrement et que les nouveaux défis qui s’imposent à notre pays soient relevés avec responsabilité. J’en­tends réinscrire le développement humain, le combat contre la pauvreté, la sécurité de toutes et de tous, l’accès à l’éducation et à la santé, au cœur du débat politique et au cœur de notre offre programmatique», promet-il.
Le nouveau démissionnaire donne rendez-vous à ses sympathisants dans un nouveau cadre d’expression des idées et idéologies. «Je vous donne rendez-vous dans les prochains jours, dans le cadre d’une plateforme à construire et dans laquelle vos contributions sont fortement attendues, afin que le Sénégal s’oriente définitivement vers son émancipation», projette-t-il. Pour le moment du moins, Thierno Bocoum part de Rewmi avec sa verve et en conservant les mêmes positions quant à la gestion du pays. «La situation dans laquelle se trouve notre pays est inquiétante. Le navire Sénégal prend l’eau de toutes parts, le mât craque et l’équipage que constitue ce régime, n’est résolument pas apte à tenir le gouvernail. Il s’y ajoute une gestion hasardeuse et périlleuse de nos ressources naturelles au profit d’hommes politiques qui se servent de l’Etat pour satisfaire leurs propres ambitions. Ce constat s’ajoute au fait que le régime du président de la République affiche clairement sa volonté de mettre fin à nos acquis démocratiques», dénonce-t-il sur sa page Internet. Un langage qui rend intéressant de savoir quel sera son prochain point de chute.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here