PARTAGER

Décidément la décision du président de l’Union centriste du Sénégal (Ucs), Abdoulaye Baldé, de briguer la magistrature suprême en février 2019, n’est pas du tout du goût de certains de ses partisans. C’est le cas notamment de ceux du département d’Oussouye, où le patron de l’Ucs, l’édile de Diembereng Tombon Guèye, et son n° 2, le président du Conseil départemental, Seyni Diatta, ont tout bonnement décidé de couper les amarres avec leur mentor Abdoulaye Baldé

A 6 mois de l’élection présidentielle, l’Union centriste du Sénégal (Ucs) voguerait-elle en eaux troubles au niveau du département d’Oussouye ? D’aucuns dans le Kassa seraient tentés de répondre par l’affirmative et ce, après la démission officielle ce dimanche de militants et responsables de la formation centriste au niveau départemental. Des responsables, avec à leur tête l’édile de Diembereng, Tombon Guèye, par ailleurs patron départemental de l’Ucs et son numéro 2, Sény Diatta, président du conseil départemental d’Oussouye qui ont tout bonnement décidé de couper les ponts avec l’Ucs et son président Abdoulaye Baldé. Une décision survenue quelques jours seulement après l’annonce de la candidature de l’édile de Ziguinchor de briguer la magistrature suprême en 2019. Et une décision qui a retenti comme une onde de choc dans le Kassa où l’Ucs avait la mainmise sur le Conseil départemental et l’importante commune de Diembereng.
«Nous tenons à porter à votre connaissance de la décision murement réfléchie que nous avons prise de démissionner de votre parti. Nous estimons que notre long et riche compagnonnage politique suivant les vicissitudes de la vie est arrivé à son terme. La douleur inhérente à toute séparation nous tenaille, mais il nous faut faire avec», ont indiqué dans leur déclaration lue par l’édile de Diembereng, les ex-désormais partisans de Abdoulaye Baldé. Et pour qui la vie est faite de couplage et de divorce, momentanés ou durables. Et que l’animation du jeu politique, poursuit Tombon Guèye, est ponctuée de ruptures et de retrouvailles suivant les circonstances de l’heure et des enjeux qui se posent et s’imposent.
«Dans notre ambition commune de participer pleinement au développernent de notre cher pays dans nos terroirs respectifs, la possibilité d’une convergence ultérieure est dans l’ordre du possible», martèlent les ex-Centristes. Ces ex-compagnons de l’édile centriste Abdoulaye Baldé entendent, dans les prochains jours, lancer un mouvement de soutien à l’action du Président Macky Sall.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here