PARTAGER

Les 253 victimes de la démolition de Gadaye Extension se réjouissent du verdict du Tribunal de Dakar qui a condamné le promoteur Mbaye Fall à 2 ans de prison ferme. Le promoteur devra verser aux victimes 4 milliards F Cfa pour dommages et intérêts. «Nous avons toujours porté le combat. Nous avons été victimes de Mbaye Fall. Maintenant que la décision est tombée, non seulement il va purger une peine de prison, mais aussi il devra payer pour le mal qu’il nous a fait», soutient Bara Sow, vice-président du Collectif des familles victimes de Gadaye Extension. Ainsi, les victimes demandent le remboursement des frais de construction de leurs différentes villas et mettent en garde ceux «qui vont s’opposer à cette décision, que ça soit des religieux ou responsables, nous nous y opposerons pour faire face. Il ne doit bénéficier d’aucune protection, que ça soit clair. Aujourd’hui, il y a même des victimes qui sont décédées et ont laissé des enfants. Il faut que la décision de la justice soit appliquée», soutient Bara Sow, très déterminé à gagner son combat.
Le promoteur qui était absent lors de la lecture du verdict ne s’avoue pas vaincu. Il explique : «Je vais faire appel et l’affaire sera poursuivie jusqu’à la cassation. Et j’ai la certitude que je serai rétabli dans mes droits», avance le promoteur Mbaye Fall qui renseigne que ces terres appartiennent à sa structure dénommée Technologie 2000. Il refait ainsi le déroulement de cette affaire qui a duré deux ans : «Ils m’ont traité de tous les noms d’oiseaux, ils ont dit que j’étais un voleur alors qu’ils ont construit sur un site qui ne leur appartient pas. Ils avaient reçu une sommation de la part du sous-préfet de Dagoudane. Et c’est par la suite que 55 gendarmes de la Lgi ont été déployés sur le site. Parce qu’ils n’avaient pas une autorisation de construire. Je dispose des documents légaux.»
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here