PARTAGER

Malgré le fait qu’ils manipulent beaucoup l‘argent, les travailleurs du Trésor ne sont pas bien lotis. Brandissant un préavis de grève et menaçant d’organiser un sit-in si les autorités ne satisfont pas leurs doléances, ces travailleurs, regroupés au sein du Syndicat unique des travailleurs du Trésor (Sutt), ont étalé hier face à la presse leur «mal-être». «Les agents du Trésor se trouvent aujourd’hui dans une situation globale précaire. Il en est ainsi par exemple des caissiers du réseau comptable du Trésor qui souffrent de la rigueur d’une gestion de caisse. D’abord, les indemnités de caisse sont dérisoires compte tenu des énormes sommes d’argent manipulées. Bon nombre d’entre eux ne bénéficient pas de cette indemnité, malgré la délicatesse de cette tâche», a dénoncé Madiakhaté Niang, secrétaire général du Sutt. Soutenant que «cette situation ne peut perdurer», le syndicaliste s’offusque de la dégradation des conditions sociales de ces travailleurs.
Par ailleurs, «le fragile emploi des contractuels et journaliers» a occupé une partie du discours de M. Niang qui estime «que le recrutement de cette catégorie demeure une question centrale et prioritaire». «Rien ne justifie les affectations massives de nouveaux agents pendant que les journaliers, déjà liés au Trésor depuis longtemps, continuent de vivre une situation socio-professionnelle extrêmement précaire. Le Sutt appelle les autorités à régler au plus vite le sort de ces agents en les recrutant dans la Fonction publique.» L’insécurité qui entoure les postes comptables est l’autre «tare à extirper» des services du Trésor, selon le secrétaire général du Sutt. «Le Trésor, à travers ses postes comptables, est par excellence le service banquier de l’Etat. Pourtant, rares sont les postes qui présentent des garanties de sécurité satisfaisante», constate M. Niang. Pour étayer son argumentaire, il cite les attaques à mains armées ayant touché certains services déconcentrés du Trésor dont l’une s’est soldée par la mort d’un agent à Linguère. Le percepteur aurait connu le même sort que son collègue de Linguère n’eut été «un concours de situation heureuse», à en croire M. Diakhaté qui souligne que dans un autre département, un «percepteur avait été trouvé chez lui ligoté et le coffre-fort emporté». Malgré ce climat de terreur dans lequel vivent les agents du Trésor, «il n’y a aucune volonté mise en avant pour renforcer la sécurité des postes comptables ainsi que des services comptables».
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here