PARTAGER

L’absence d’infrastructures routières dans la commune de Tassette, dont le maire est le secrétaire exécutif du Programme national de développement local (Pndl), inquiète la responsable apériste de la localité, Mme Khady Dione Thiam. Elle a profité de la conférence religieuse qu’elle organise chaque année pour interpeller l’Etat sur l’urgence de doter la commune de pistes de productions pour désenclaver les villages.

Tassette, une commune rurale du département de Thiès, n’échappe pas à la règle qui semble régir toutes les collectivités locales érigées en communes depuis l’effectivité de l’Acte 3 de la décentralisation. Des communes qui, malgré toutes les dispositions annoncées et les textes qui les gouvernent, peinent encore à sortir de leur ruralité. Tout ou presque, jusqu’aux services de base, y fait défaut au grand dam des populations qui ne savent pas à quel saint se vouer et qui ne ratent aucune opportunité pour s’en désoler. Selon la responsable apériste de la commune de Tassette, Khady Dione Thiam, qui a mis à profit la 2e édition de la conférence religieuse qu’elle organise pour dénoncer le manque d’infrastructures routières auquel sa commune est confrontée, «il n’y a aucune route secondaire pour désenclaver les différents villages. Seules trois pistes ont été construites par des privés pour accéder à leurs champs, à savoir les pistes de Thiénaba, de Sipane et de Nguélor. L’Etat n’a pas encore construit une seule piste de production à Tassette». Du coup, les populations rencontrent d’énormes difficultés pour rallier Tassette et environs. Un paradoxe, selon Mme Thiam, d’autant que le secrétaire exécutif du Programme national de développement local (Pndl), Mamadou Thiaw, est le maire de ladite commune. «Nous ne sentons pas ce programme dans notre commune. Tassette n’a encore bénéficié d’aucune réalisation de ce programme que pilote son maire.» Que dire du Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc), absent également de la commune ? «Nous devons bénéficier de ce programme parce que nous soutenons depuis le début le président de la République Macky Sall. Nous lui demandons son appui et son soutien pour que des solutions rapides soient trouvées aux doléances des populations», car «pendant l’hivernage, il est plus facile pour les populations des villages de Sipane, Keur Ndio­guou, Pout Ndoff et Keur Ma­coumba d’accéder aux structures sanitaires de Mbour que de Tassette, parce que les routes sont impraticables parce qu’inondées. Elles sont obligées d’aller jusqu’au Campement ou Sindia à Mbour pour se soigner. C’est difficile». Il faut donc un raccordement entre ces villages qui sont difficiles d’accès.
Mme Thiam n’a pas manqué de signaler une vieille doléance, à savoir la construction de la route Tassette-Mbour, mais aussi «l’urgente nécessité qu’il y a de doter la commune d’un lycée et permettre enfin aux élèves de poursuivre leurs études dans de très bonnes conditions».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here