PARTAGER

Le départ du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye, demeure la plus grosse surprise du nouveau gouvernement qui enregistre une dizaine de nouvelles têtes, dont un médecin militaire pour la première fois dans l’histoire du pays.

La grosse surprise de l’équipe Dionne 2 demeure le départ du chef de la diplomatie, Mankeur Ndiaye. On ne s’attendait pas à un deuxième départ du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur sous le règne du Président Macky Sall. N’empêche, on peut s’interroger sur ce qui a poussé le chef de l’Etat à se séparer du successeur de Me Alioune Badara Cissé. Me Sidiki Kaba, qui le remplace, quitte la Justice où il avait des rapports heurtés avec l’Union des magistrats sénégalais (Ums). L’on garde toujours en mémoire la réforme portant sur la durée des mandats des présidents de haute juridiction et la traduction avortée du magistrat Souley­mane Téliko devant la commission de discipline du Conseil supérieur de la magistrature (Csm) relative aux consultations à domicile sur les nominations des magistrats.
Awa Marie Coll Seck, ministre de la Santé et de l’action sociale sans interruption dans les gouvernements formés sous l’égide du Président Macky Sall, quitte les affaires. Sa gestion de ce département n’a pas été un fleuve tranquille. L’opinion garde toujours en mémoire l’affaire dite de la panne de la machine de radiothérapie de l’hôpital Le Dantec. Même si de nouveaux appareils sont en passe d’être installés et un personnel envoyé en formation au Maroc. Les nombreux remous qui ont eu à secouer le secteur névralgique de la santé avec les mouvements de grève des syndicats n’ont pas aidé à rendre reluisant le long passage de Mme Seck à la tête de la Santé. Même le dossier de la réouverture de la maternité de l’hôpital Le Dantec est resté en l’état. Nombreux sont ceux qui, dans l’opinion, continuent à plaider sa réouverture.
Mansour Sy n’est plus ministre du Travail, du dialogue social et des relations avec les institutions. Après avoir duré à la tête de ce secteur, il cède le poste à son camarade secrétaire général de parti, le Pit, Samba Sy. Au moment où Khadim Diop ne gère plus l’Intégration africaine, le Nepad et la promotion de la bonne gouvernance. Viviane Bampassy, ministre de Fonction publique, de la rationalisation des effectifs et du renouveau du service public, dont le passage a été marqué par les couacs notés dans l’organisation du Forum de l’Administration, est remplacée à ce département stratégique par le maire de Kaolack, Mariama Sarr.
Par ailleurs, il faut relever le départ des secrétaires d’Etat Youssou Touré (Alphabéti­sation), Yakham Mbaye (Com­munication) et Diène Faye (Hydraulique).
En plus de ceux cités plus haut, les nouveaux ministres du gouvernement ont pour noms : le constitutionnaliste Ismaïla Madior Fall, jusqu’ici conseiller juridique du président de la République. Il a eu à élaborer de nombreux projets de réformes dont les plus illustres demeurent ceux portant sur la Constitution et l’Acte 3 de la décentralisation. A côté du Pr Fall, on note l’arrivée de Mme Ndèye Sali Diop Dieng, épouse du Dg de la Sonacos et maire Apr de Pékesse (département de Tivaouane), qui succède à Mariama Sarr au ministère de la Femme, de la famille et du genre.
Aïssatou Sophie Gladima, an­cienne condisciple du Prési­dent Macky Sall, dirige le tout nouveau ministère des Mines et de la géologie. Elle est membre de l’Association des cadres catholiques que le Président Sall avait reçue d’ailleurs lors d’un «ndogou» au Palais. Elle a été directrice d’agence, puis ministre sous le règne du Président Wade.

Une première : un médecin militaire ministre
Pour la première fois dans l’histoire du pays, un médecin militaire entre au gouvernement en la personne du médecin-colonel, Mame Thierno Dieng, jusqu’ici médecin personnel du khalife général des Mourides, qui remplace Abdoulaye Bibi Baldé au ministère de l’En­vironnement et du développement durable. La journaliste Aminata Angélique Manga monte en grade en quittant la direction générale de l’Anrac (Agence nationale pour la relance des activités économiques en Casamance) pour le poste de ministre de l’Economie solidaire et de la microfinance, un ministère nouvellement créé aussi. Ndèye Ramatoulaye Guèye Diop, qui fait partie des 8 femmes du nouvel attelage, dirigera le tout nouveau département de la Bonne gouvernance et de la protection de l’enfance.
mdiatta@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here