PARTAGER
Thierno Birahim Fall, dg Aps.

L’Agence de presse sénégalaise a tenu à Saly, un atelier consacré à la mise en place d’une organisation apte à prendre en charge la mission de l’agence après l’achèvement de sa mutation institutionnelle. Elle compte désormais monnayer ses dépêches mais également avoir une assise au niveau des 45 départements du Sénégal.

Cet atelier de trois jours,  organisé en partenariat avec le Bureau organisation et méthodes (Bom), a permis de rappeler les différentes étapes du processus de mutation institutionnelle de l’agence. Durant cette rencontre, les différents acteurs ont échangé sur les orientations phare des agences de presse dans le pilotage de l’information de l’action publique. Ainsi, l’Agence de presse sénégalaise ambitionne, de ce fait, dans sa nouvelle vision stratégique, de se positionner en tant qu’agence d’information de référence au Sénégal et dans la sous-région. A en croire Thierno Birahim Fall, cette mutation en société nationale va entraîner «une transformation digitale, le maillage intégral du territoire national, son déploiement dans l’espace sous-régional sont parmi les priorités déclinées dans le Plan stratégique de développement. Ce qui fait que cette rencontre devrait déboucher sur l’élaboration d’un document stratégique et d’orientation, faisant office de tableau de bord de l’Agence de presse sénégalaise», a noté le Directeur général.
Ces transformations commenceront d’abord par la fin de l’accès gratuit à ses dépêches. Elles seront désormais monnayées pour permettre à l’Aps une recherche de ressources additionnelles pour son fonctionnement optimal. «Nous allons mettre fin à la gratuité avec tout un système de cryptage, selon un modèle déjà mis en œuvre ailleurs, seuls les chapeaux  des dépêches seront visibles, le reste des articles ne pouvant être consulté que contre paiement, une façon de faire contribuer les utilisateurs. L’information a un coût, c’est une denrée qu’il faudra payer pour permettre à la structure de mener à bien sa mission. L’œuvre journalistique comme l’œuvre artistique et l’œuvre intellectuelle a un coût, une valeur marchande et doit être rémunérée», a souligné le directeur de l’Aps sans préciser la date de l’entrée en vigueur de cette décision. «Nous voulons faire le maillage au niveau des 45 départements du Sénégal», poursuit M. Fall qui assure que l‘offre sera diversifiée en termes de productions mais également dans l’audiovisuel. En plus du cryptage de l’information,  la SN-Aps va se doter d’un siège au niveau central et d’infrastructures dans un premier temps dans des régions jugées prioritaires, a confié Thierno Birahim Fall.
Le directeur de Cabinet du ministre de la Culture et de la communication a invité la future Société nationale  à adapter son modèle économique aux mutations du monde actuel des médias. «La SN-Aps est appelée à réaliser son modèle économique en l’adaptant aux mutations du monde des médias et à appliquer de nouvelles procédures pour renouveler et diversifier son offre en termes de contenus multimédias, tout en restant en phase avec sa mission de service public de l’information», a déclaré Demba Faye. Dans la transformation institutionnelle en cours, la nouvelle forme juridique de l’Aps vise à augmenter substantiellement les ressources financières, mais pour y parvenir, le président du Conseil d’administration de l’Agence de presse sénégalaise, Moustapha Samb, a plaidé, lors de cet atelier,  pour l’allocation de ressources nouvelles  conséquentes à ce média de service public et bon management. Selon lui, ces ressources devront permettre d’assurer la modernisation effective de la nouvelle Société nationale de l’Agence de presse sénégalaise (SN-Aps) dont les activités vont démarrer en janvier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here