PARTAGER

Le ministre de l’Economie, des finances et du plan, Amadou Ba, et Son Excellence Bert Vermaat, ambassadeur du royaume des Pays-Bas au Sénégal, ont signé avant-hier deux accords de financement. Le premier, de 20 millions d’euros, soit 13,118 milliards Cfa, porte sur la dépollution de la baie de Hann, et le second de 400 mille euros, environ 261,7 millions Cfa, est relatif à l’électrification des infrastructures de santé en Casamance.

La baie de Hann, l’une des plus belles plages au monde, mais qui a perdu tout son charme à cause de divers déchets qui y sont déversés, pourrait bientôt retrouver son lustre grâce à un financement de 20 millions d’euros du royaume des Pays-Bas, soit 13 milliards 119 millions de francs Cfa. «Cet important concours auquel s’ajoute le financement de 30 millions d’euros conclu avec l’Agence française de développement nous permet de prendre en charge, de manière durable, la question de la dépollution et de la valorisation de la baie de Hann», a soutenu le ministre de l’Economie, des finances et du plan après la signature de la convention avec l’ambassade des Pays-Bas au Sénégal pour la dépollution de
la baie de Hann. «Nous croyons que ce projet de dépollution améliorera la vie des 2,5 millions de personnes vivant autour de la baie», a dit de son côté M. Bert Vermaat.

L’ambassade du royaume des Pays-Bas au Sénégal est persuadée que la dépollution permettra à la baie de devenir une zone propre, connue pour sa plaisance et sa productivité. «Il y aura moins de maladies bactériennes et de conséquences négatives pour l’économie. Par ailleurs, il y aura davantage d’opportunités dans les secteurs de la pêche et du tourisme», a soutenu le diplomate. Le projet, dont les travaux vont incessamment démarrer, à en croire Amadou Ba, va impacter 2,5 millions de personnes exposées quotidiennement aux déchets toxiques et polluants des industriels et des professionnels du secteur des hydrocarbures.

Amadou Ba prévoit la fin de la première phase du projet en 2021, alors que la deuxième sera prise en charge par l’Union européenne.

L’ambassadeur M. Bert Vermaat a invité les entreprises implantées dans la zone à investir dans le traitement préalable de leurs eaux usées, au lieu de les rejeter directement dans la baie.

Le second accord signé hier entre Amadou Ba et Bert Vermaat portait sur le financement d’une étude de faisabilité pour la mise en place du projet relatif à l’électrification des infrastructures de santé en Casamance. Cette subvention s’élève à 400 mille euros qui équivalent à environ 261,7 millions de francs Cfa. Le royaume des Pays-Bas a, au cours des douze dernières années, octroyé au Sénégal, d’après le ministre des Finances, plusieurs financements dont essentiellement des subventions au titre de l’appui au développement, de la lutte contre la désertification ainsi que de la protection et de la préservation des ressources naturelles et de l’environnement.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here