PARTAGER

C’est l’heure de vérité pour les candidats à la candidature. Le Conseil constitutionnel procède depuis vendredi au dépouillement des parrainages.

Le nombre de signatures exigées est de 0,8 % au minimum et 1 % au maximum des électeurs du fichier général, soit 56 mille au total. Une partie de ces signatures doit obligatoirement provenir de 7 régions sur les 14 que compte le Sénégal à raison de 2.000 au moins par région, le reste réparti, sans quota, partout dans le pays et à l’étranger.

A cet effet, la coalition de Idrissa Seck a passé cette étape. Sur 66 mille signatures déposées, seules 56 mille ont été validées et 10 mille rejetées. C’est Sonko est dans la même situation. Pastef a mis sur la table  61791 signatures. 3 mille parrains ont été rejetés. Il faut signaler que Mimi Touré, le mandataire de Macky Sall n’a pas voulu donner ses chiffres au sortir du Conseil constitutionnel.

C’est une décision pour le moins inattendue. Khalifa Sall qui attend le verdict de la Cour suprême a vu ses parrainages validés par le Conseil constitutionnel.  Si pour le moment, on ignore le nombre de signatures présenté, l’ex maire de Dakar a passé ce premier tour. C’est le même constat chez Karim Wade dont la carte d’identité a la mention « ne peut pas voter ». Sur 60 mille signatures, seules 6 mille ont été rejetées. Le candidat Abdoul Mbaye a aussi les mêmes chiffres que Karim Wade.

Pierre Goudiaby Atepa, Moustapha Guirassy et Aida Mboj ont été recalés. Ils n’ont pas rempli les conditions fixés par la loi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here