PARTAGER

Afin de développer les activités économiques des jeunes et femmes, par le biais de la Délégation pour l’entreprenariat rapide (Der), la région de Matam va bénéficier d’une enveloppe initiale d’un montant de 578 millions de francs Cfa pour promouvoir l’auto-employabilité des jeunes et des femmes.

Lors d’un Comité régional de développement (Crd) tenu le vendredi dernier et présidé par l’adjoint au gouverneur de Matam, chargé des affaires admi­nistratives, la Délégation à l’entrepreneuriat rapide a présenté son programme à une centaine de personnes, jeunes et femmes venus des trois départements de la région.
Une enveloppe financière d’un montant initial de 578 millions de francs Cfa est réservée à la région et elle sera répartie entre les trois départements de Matam, Kanel et Ranérou Ferlo. Ladite répartition se fera en tenant compte des besoins et en proportion de la population active de chaque département.
Ces financements sont destinés à tous les Sénégalais, jeunes et femmes, ayant des projets banquables et fiables, pour leur permettre de mener des activités génératrices de revenus.
La Der est dotée d’un budget de 30 milliards de francs Cfa. Elle a lancé ses activités en mars dernier pour aider à la promotion de l’entreprenariat et l’emploi des femmes et des jeunes.
Ce programme articulé autour de quatre différents axes : le financement direct et rapide des entrepreneurs, la garantie auprès des institutions financières et bancaires, la promotion de l’investissement innovant et l’accompagnement de projets catalyseurs vient accompagner les femmes et les jeunes dans la mobilisation de ressources financières adaptées à leurs activités économiques.
Amadou Yéro Ba, un jeune de la région de Matam, a déploré le montant qu’il a jugé insuffisant pour Matam, frontalière avec la Mauritanie, le Mali et qui est souvent confrontée à des problèmes liés à l’émigration.
M. Ba a ainsi plaidé pour une discrimination positive pour sa région en demandant à la délégation de revoir à la hausse l’enveloppe financière destinée à la Matam.
Interpellé sur cette question, le Délégué général, Papa Amadou Sarr, a rétorqué : «Il s’agit dans un premier temps d’une enveloppe initiale, Matam n’a qu’à s’activer à absorber ce montant et attendre celle qui sera redistribuée dans les secteurs de l’agriculture, l’artisanat et la pêche.»
Lors des échanges, Adama Bousso, président du Conseil départemental de la jeunesse a fustigé la non-implication des jeunes qui sont souvent appelés à ne constituer qu’un décor lors des rencontres de partage, et à l’heure de l’exécution, ils sont souvent relégués au second plan.
L’absence de structures bancaires a été également évoquée par un jeune du département de Ranérou. Bocar Diallo redoute des difficultés d’accès aux financements pour les jeunes de ce département de la zone du Ferlo, puisqu’il y a quasiment absence de structures bancaires dans ce département de Matam dépourvu presque de tout.
La Chambre de commerce de Matam, par la voix de son président, le docteur Mamadou Ndiadé, s’est engagée à fournir toutes les informations dont elle aura possession et concernant la Délégation à l’entrepreneuriat rapide, pour permettre aux jeunes et femmes de constituer leurs dossiers et bénéficier des financements.
Le Délégué Papa Amadou Sarr est également revenu sur le caractère apolitique de la Der, dont l’objectif est de financer les jeunes et les femmes du Sénégal sans distinction de la coloration politique, religieuse ou ethnique. C’est donc dire que tout individu porteur de projet bancable et fiable peut bien bénéficier de financement.
d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here