PARTAGER

Aujourd’hui, l’Etat essaie de rehausser la stratégie de veille sécuritaire avec l’inauguration de la nouvelle compagnie de gendarmerie de Touba. En compagnie du Commissariat spécial, la ville sainte dispose d’un système de sécurisation en principe très performant. En l’inaugurant hier, le Président Sall se projette déjà sur son apport : «Cette compagnie de gendarmerie va aider, aux côtés du Commis­sariat spécial de Touba, à assurer un quadrillage sécuritaire optimal. Touba est un très grand centre urbain. La compagnie disposera de tous les moyens d’investigation, mais aussi d’intervention avec plus de 400 gendarmes et officiers», insiste le président de la République. Il renchérit : «Elle dispose notamment en son sein d’un escadron de surveillance et d’intervention et d’une Brigade de recherches.» Et des moyens pour lutter contre la cybercriminalité et certaines dérives enregistrées sur les réseaux sociaux.
Dans ce sillage, le Président Sall est revenu sur les dérives constatées sur le net. Les mises en garde sont très claires : «La liberté ne donne aucunement droit à un individu de s’enfermer dans sa chambre et d’insulter qui il veut. Nous avons la possibilité de lui mettre la main dessus. Nous disposons d’assez de moyens à l’image des pays développés pour l’identifier, l’arrêter et le traduire en justice. On ne peut pas laisser ces dérives perdurer. Ce n’est pas la vocation d’internet. Nous sommes engagés à anéantir la cybercriminalité. Le désordre ne peut pas s’installer au nom d’une prétendue liberté. La liberté des individus ne sera pas menacée. Je ne menace aucune liberté, mais nous ne pouvons pas laisser ces fauteurs de trouble dans le pays sans réagir. Il faut que la liberté se fasse dans le respect de la dignité des citoyens.»
Stagiaire

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here