PARTAGER

Le pari d’aller seul aux élections législatives était risqué. Mais, le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) ne s’est pas soucié de cela. Il a osé et il a réussi. Il est classé provisoirement 4ème derrière les grandes coalitions que sont Benno bokk yaakaar, Mankoo taxawu senegaal et la coalition gagnante/Wattu senegaal. La coalition Ndawi Askan Wi dirigée par Ousmane Sonko suit le rythme de ces formations.

C’est un premier assai. Mais, Pur et Ndawi Askan Wi peuvent sortir de cette élection avec un sentiment de satisfaction. Si bien sûr les tendances actuelles se confirment. Le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) est la révélation du scrutin d’hier. Pour sa première participation à une élection depuis sa création en 1998, le Pur, qui serait classé 4ème derrière non pas des partis mais des coalitions, à savoir Benno bokk yakaar, Mankoo taxawu senegaal et la coalition gagnante/ Wattu senegaal. «Notre objectif, c’est de gagner les élections, être majoritaire à l’Assemblée. A défaut de pouvoir être majoritaire à l’Assemblée mais nous allons être la tête de l’opposition», disait avec confiance, la tête de liste nationale lors d’une conférence de presse durant la campagne. Alors à défaut d’atteindre cet objectif, El Hadji Issa Sall et Cie ont montré aux autres partis, qui ont longtemps dominé l’espace politique, leur force de frappe. Ce résultat n’est point une surprise pour les observateurs aguerris. Les sièges que pourrait obtenir le Pur pour cette 13eme législature résultent sans doute de l’influence du guide des Mouchtarchidines Wal Mou­ch­tar­chidates, personnalité morale du parti. Serigne Moustapha Sy a sous ses ordres des milliers de disciples et aussi des sympathisants. Dans les urnes, certainement ces talibés-là et autres citoyens qui ont cru aux valeurs incarnées par le Pur n’ont pas hésité au moment de faire leur choix sur les 47 bulletins de vote.
Pour son baptême du feu, Ousmane Sonko, lui, est parvenu à sortir sa tête de l’eau au moment où des leaders plus connus ont été noyés. Voilà que l’ex-inspecteur des impôts et domaines a récolté les fruits de son engagement qui lui a valu sa révocation par le Président Macky Sall à cause de ses positions vis-à-vis du pouvoir. Après cet épisode de sa carrière, le leader du parti Pastef a gagné en sympathie chez les Sénégalais. Beaucoup ont estimé qu’il a été «victime d’une injustice». Ses positions affichées contre le pouvoir sur la gestion des ressources naturelles sur les plateaux de télé, studios de radio, dans les colonnes des journaux sans oublier la presse en ligne ont augmenté sans risque de se tromper, sa cote de popularité. Tête de liste nationale de la coalition Ndawi Askan Wi, Ousmane Sonko peut regarder l’avenir avec sérénité.

msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here