PARTAGER

Après quatre années de mise en œuvre dans la région de Kédougou, le Projet d’achats locaux d’aliments (Paa) va être élargi à cinq nouvelles régions que sont Saint-Louis, Matam, Sédhiou, Kolda, et Ziguinchor. C’est en perspective de cette extension qu’un atelier de deux jours a démarré hier à Dakar pour tracer la feuille de route du programme. Selon le représentant résident du Programme alimentaire mondial à Dakar (Pam), M. Guy Adoua, une note conceptuelle est en cours d’élaboration afin de finaliser le processus d’inscription du Paa dans le Programme triennal d’investissement prioritaire (Ptip). Durant les quatre années de mise en œuvre dans la région de Kédougou, le Paa a permis de ravitailler les cantines scolaires de 181 écoles primaires et préscolaires, soit un total de 22 960 élèves.  Durant  la phase-pilote et de consolidation entre 2012 et 2016, le Paa a touché 1000 ménages vulnérables avec de petites exploitations familiales productrices de riz dans les localités de Dar Salam, Fongolimbi et Bandafassi. Le principe étant d’acheter les surplus de production avec une moyenne annuelle de 120 tonnes de riz. Des achats qui ont permis de couvrir les besoins des cantines scolaires de la région, mais aussi d’accroitre les revenus des ménages et favoriser l’autonomisation des femmes comme l’a montré l’évaluation qui a été réalisée dans la région de Kédougou.
Inspiré du Programme national d’acquisition d’aliments du Brésil, le Paa a été implanté au Sénégal grâce à un financement d’un peu plus de 2 milliards de francs Cfa du Brésil et d’environ 500 millions de francs Cfa de l’Angleterre.  «Il s’agit pour les pays africains de s’inspirer de cette expérience brésilienne et de l’adapter à leurs conditions concrètes afin d’en assurer le succès et la durabilité au bénéfice des populations rurales et plus spécifiquement des exploitations familiales», souligne M. Adoua. En effet, au-delà des cantines scolaires, le programme s’est attaché à renforcer les capacités des agriculteurs locaux. Les  paysans de la région de Kédougou ont ainsi bénéficié d’un encadrement  comme en témoigne Kandia Doumbouya, représentant des organisations de producteurs partenaires du programme. «Le Paa a fourni des intrants aux agriculteurs et renforcé leurs capacités en matière d’itinéraires techniques et de suivi agroécologique des parcelles», souligne M. Doumbouya. Ce soutien concerne également des décortiqueuses et des batteuses qui ont été mises à leur disposition, indique M. Mody Diop, du Secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire (Secnsa). «On encourage le développement de la production locale en renforçant les capacités des producteurs,  en créant des circuits de commercialisation et en créant les structures pour améliorer l’hygiène des aliments de façon à ce que l’aliment qui est produit localement, soit de très bonne qualité et que ce produit permette aussi de corriger les problèmes de carences nutritionnelles», souligne M. Adoua.  Le pari semble réussi, puisque le Paa a donné des résultats satisfaisants, car ayant permis de tripler les rendements annuels de riz et de favoriser un meilleur approvisionnement en riz aux 181 cantines  scolaires de la région.

mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here