PARTAGER

Sonko révèle que des agents de renseignement tentent de faire obstruction à sa campagne de collecte de parrainages. Il a révélé hier que des gendarmes se sont rendus chez sa mère pour réclamer des fiches de collecte. Le leader de Pastef accuse Aly Ngouille Ndiaye et annonce une plainte.

«Urgent ! Ousmane Sonko va faire une importante déclaration à la presse à 16h.» C’est le message qui a tenu en haleine tout le monde alors que le leader de Pastef s’était exprimé longuement dimanche dernier. A l’arrivée, c’est plutôt ses proches qui ont parlé. Et c’est pour accuser les services de renseignement d’avoir voulu contrôler leur collecte de parrainages à Ziguinchor. «Aujourd’hui, il s’est produit un événement extrêmement grave. Des agents chargés du renseignement se sont rendus – et ce sont des faits matériels exacts – au quartier Lyndiane où ils sont allés chercher le responsable de la collecte de parrainages, en l’occurrence notre frère Seydina Badji de Ziguinchor. Il lui ont réclamé les fiches, ce qu’il a refusé», rapporte M. Birame Soulèye Diop.
L’administrateur général de Pastef de poursuivre la narration : «Par la suite, ces agents se sont rendus au siège du parti à Ziguinchor où ils ont trouvé des militants qui, eux aussi, ont refusé en leur demandant de s’identifier. Aussitôt fait, ils ont sorti leurs cartes pour se présenter comme des agents de renseignement. Tout de même, nos frères ont refusé de leur remettre ces fiches de parrainage parce qu’il n’y a aucune loi, aucune prescription du juge qui dit que pour le parrainage, il faut que les services de sécurité soient là pour réclamer des fiches.»
Les responsables de Pastef de poursuivre : «Les gendarmes, à bords de véhicules 4×4, se sont alors rendus chez la mère du candidat à la candidature pour la Présidentielle pour réclamer à celle-ci des fiches de parrainage alors qu’elle n’est même pas membre de Pastef. Elle n’a même pas de carte de membre. Elle leur a dit : ‘’Je veux voir vos cartes’’. Puisqu’elle est instruite, elle a lu la mention ‘’Gendarmerie natio­nale, Section de recherche’’. C’est ainsi que la mère de Sonko leur a rétorqué que de toute façon, chez elle il n’y a même pas de fiche de parrainage avant de leur enjoindre de quitter la maison. Ils partiront donc en promettant de revenir.»
Sonko et ses camarades parlent d’«un scandale» et annoncent une plainte. «Ils sont en train de violer une loi qu’ils ont imposée aux Sénégalais», soulignent-ils. Ils voient derrière cette opération la main du ministre de l’Intérieur. «Tous les agents de renseignement qui interviennent sur la totalité du territoire national sont sous la responsabilité de cet homme-là, M. Aly Ngouille Ndiaye. Il est chargé d’organiser les élections, il a la carte électorale, et c’est lui qui, depuis longtemps, est en train de chercher des poux à Ousmane Sonko. Ils l’ont traité d’ibadou, de rebelle, d’islamiste. Lui-même, Aly Ngouille Ndiaye, a appelé un monsieur pour lui faire déclarer que Sonko est propriétaire d’un immeuble. Et aujourd’hui, ce sont des agents chargés de veiller à notre sécurité qui partent réclamer des fiches de parrainage. Donc, après Khalifa Sall et Karim Wade, ils veulent procéder à la liquidation politique de Sonko alors que c’est eux qui ont instauré le parrainage», conclut M. Diop.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here