PARTAGER

La Société civile a répliqué hier à l’attaque du ministre des Mines qui l’accuse de désinformer les populations sur les ressources minières. Selon Amacodou Diouf, président du Congad, les productions de la Société civile servent au Sénégal, mais aussi à la communauté internationale pour évaluer le pays.

Madame le ministre des Mines et de la géologie s’était attaquée le mercredi dernier à la Société civile sénégalaise qu’elle a accusé de participer à désinformer les populations en ce qui concerne l’exploitation des ressources minières.
Le président du Conseil d’administration du Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (Congad), M. Amacodou Diouf, qui a apporté la réplique à Sophie Gladima ne voit aucune désinformation émanant de la société civile. «Nous ne faisons pas dans la désinformation et je vous renvoie à la consultation de toute la documentation qui a été faite autour de ces questions. Nous avons été à Diamniadio lorsqu’il fallait discuter de la répartition des ressources issues du pétrole et du gaz. Nous avons émis un propos et je pense que c’est ce propos-là qu’il faut faire retenir. Nous avons été dans le cadre de toutes les concertations au niveau de l’Itie pour donner notre point de vue par rapport à cela. Combien de publications nous avons fait par rapport à cette question ? Si on faisait de la désinformation, je pense qu’on n’aurait pas le temps ni l’énergie à consacrer pour élaborer ces produits-là qui justement servent non seulement au Sénégal, mais à la communauté internationale pour pouvoir évaluer le Sénégal», a défendu Amacodou Diouf. Il s’exprimait en marge d’un atelier régional d’information et de sensibilisation sur le processus d’organisation des Assises de la Société civile, prévues au mois de décembre prochain. «Nous voulons organiser les assises au regard de ce que nous donnera le processus…, la plénière doit se dérouler normalement en décembre. En tout cas, il y aura les assises avant l’élection présidentielle», a promis M. Diouf.
Cet atelier de Dakar vise à renforcer la dynamique de sensibilisation et d’information entreprise par les acteurs de la Société civile depuis quelque temps dans l’ensemble des régions pour aboutir à des recommandations des Assises de la Société civile dans la conduite des affaires publiques. Cela, pour une meilleure prise en charge des besoins des populations.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here