PARTAGER

Les étudiants qui ont pris l’habitude de prendre leur «ndogou» au palais de la République depuis la mort de Fallou Sène ont été hier copieusement servis en termes de dessert de campagne. C’est à la limite si le Président n’a pas agréé à toutes leurs revendications. De quoi ne pas être perturbé avant les élections. Très loin du menu ordinaire du tirailleur moyen, «non Sénégalais», comme disait l’Autre. Dommage qu’il ait fallu, une fois de plus, que du sang coule pour que l’on obtienne cela.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here