PARTAGER

«Avec ce parrainage, le président de la République a la possibilité de connaître plus de 845 mille électeurs de l’opposition, deux mois avant la tenue de la Présidentielle. Le pouvoir aura ainsi la possibilité, pour certains, de procéder à des achats de conscience et, pour d’autres, de procéder à des changements d’adresses électorales.» La déclaration a été faite, mardi, par le vice-président du parti Rewmi, Déthié Fall, en marge d’un séminaire technique sur le processus de parrainage, qui a regroupé les responsables du parti Rewmi au Cyber Campus de Thiès. Selon le député, «ce système ne peut nullement se justifier dans une démocratie respectée, car permettant à un des candidats bien avant les échéances, de connaître les électeurs qui sont contre lui». Et M. Fall de cracher : «C’est anticonstitutionnel et contraire au secret du vote.» Il relève qu’il «est impossible pour le Président Macky Sall d’utiliser le parrainage comme instrument pour recaler le président Idrissa Seck».
Revenant sur le séminaire technique sur le parrainage, Déthié Fall indique que c’est pour «sensibiliser et préparer les responsables du parti sur le processus, depuis la collecte jusqu’à la centralisation et analyser les risques qui se dressent sur ce chemin. Il fallait cerner ces risques et en sensibiliser les responsables et les militants pour que chaque volonté exprimée de parrainer le président Idrissa Seck soit retrouvée à travers le nombre effectif de parrains collectés au niveau national et international». A ce sujet, il estime que «rien qu’au niveau de Thiès, les résultats des élections peuvent l’attester, Idrissa Seck peut rassembler les 66 mille parrains nécessaires». Pour dire, selon lui, «trouver 66 mille parrains pour le candidat Idrissa Seck ne pose pas problème pour Rewmi qui détient une force électorale incontestable et qui est également présent dans les 552 communes du pays et dans les 49 pays de la diaspora où les Sénégalais votent». Toutefois, signale-t-il, «le Président Macky Sall a mis ce parrainage pour filtrer des candidats, l’utiliser comme instrument politique pour en éliminer certains après avoir utilisé l’instrument juridique. Il va falloir encadrer de façon méthodique, avec une organisation parfaite, notre candidat pour que le président de la République Macky Sall ne puisse pas utiliser cet instrument contre lui». Ainsi, dira-t-il, «Rewmi compte mobiliser tous les Sénégalais pour donner le maximum de parrains au président Idrissa Seck et faire en sorte qu’ils votent pour lui, car Macky Sall les a déçus et, même s’il a montré qu’il est un grand danseur, il reste évident qu’il travaille très mal. Il est en train de se créer un cercle festif lui permettant d’esquisser ces beaux pas de danse, parce que ses sondages à lui le hissent à 54%, mais les vrais sondages le positionnent à moins de 35%». Revenant sur la révocation de Khalifa à la tête de la mairie de Dakar, le député Déthié Fall fera noter que «le cas Khalifa Sall est indigne d’une démocratie qui se respecte». A son avis, «le Président Macky Sall est en train de montrer qu’il est tout simplement un dictateur et, il oublie qu’il a été installé dans une République et, la moindre des choses, c’est d’appliquer de façon rigoureuse les lois».

nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here