PARTAGER

Les douze employés du Café de Rome, jugés hier pour association de malfaiteurs et abus de confiance, pourraient recouvrer leur liberté et retrouver leur emploi. Le Parquet a requis la relaxe pour tous. La décision sera rendue aujourd’hui.

Tout ce bruit pour ça ! Il n’y avait finalement rien à se mettre hier sous la dent dans la procédure initiée contre les employés du Café de Rome. Cette affaire qui a fait les choux gras de la presse et retenu en haleine l’opinion a accouché d’une toute petite souris. Et c’est la partie civile en personne qui a blanchi en premier les prévenus qui comparaissaient pour «association de malfaiteurs et abus de confiance», car à la question de savoir combien on lui a volé, M. Thierry, le  directeur de l’établissement, qui représentait hier Michel Michelon, a répondu par la négative. «Je ne sais pas», a-t-il dit. Son avocat Me Yéri Ba qui estime par ailleurs que les faits sont établis à l’encontre des prévenus n’a pas aussi apporté la preuve de leur culpabilité. D’ailleurs, pour un préjudice estimé à 20 millions de francs, l’avocat a même réclamé le franc symbolique. Mais de l’avis de la robe noire, les prévenus ont abusé de leur employeur pendant des années. Et pour ce faire, ils ont mis en place un stratagème. C’est pourquoi, dit-il, quand les repreneurs sont venus il y a 9 mois, la société battait de l’aile du fait des travailleurs qui ont excipé l’argent du Café de Rome en avançant comme argument «le pourboire». Ce qui l’amène à dire que les faits sont établis à leur encontre en demandant de retenir même contre eux le délit d’escroquerie.
Mais selon le représentant du ministère public, il y a deux déclarations dans cette affaire. La partie civile dit avoir subi un préjudice de 20 millions de francs alors qu’elle n’a produit aucun document corroborant ses déclarations. De même, de l’avis du procureur, le représentant du directeur général n’est pas aussi en mesure de produire un document. Alors que pour lui, en matière d’abus de confiance, il faut impérativement un document. Mais  mieux, poursuit le ministère public, les vidéos produites par la partie civile ne permettent pas de dire que les prévenus ont détourné de l’argent.

«Les charges sont chétives et squelettiques»
Ne disposant d’aucun élément pour entrer en voie de condamnation, le Parquet a requis la relaxe pure et simple pour tous les prévenus. Une brèche ouverte pour les  avocats de la défense qui ont tous abondé dans le même sens. Selon les robes noires, l’employeur Michel Michelon veut tout simplement se débarrasser  de ces travailleurs qui sont détenteurs de contrat à durée indéterminée, pour amener des jeunes filles qui seront à sa solde. Mais c’est un dossier vide, dépourvu de preuves, pouvant entraîner la condamnation des prévenus, ont-ils tous soutenu. Certains avocats comme Me Padanou pensent que c’est un mauvais manager qui, au lieu de résoudre le problème de la crise que traverse le Café de Rome à l’instar de tous les hôtels de la place, s’acharne sur ses employés. Un avis partagé par son confrère Me Etienne Ndione, qui parle de vaste complot. Et Me Abou Dialy Kane de lui emboîter le pas pour dire que dans un dossier où «les charges sont chétives et squelettiques», on jette en prison des chefs de famille.
Suite à une plainte, le directeur général du Café de Rome, Michel Michelon, avait saisi la Dic  contre ses 12  employés. Il dit avoir constaté des différences de chiffres dans la comptabilité et une diminution de devises. Il pense que certains employés se sont constitués en association dans le cadre de leur travail pour détourner l’argent de l’hôtel. Pour étayer ses accusations, il avait pris en exemple une même commande qui serait faite pour deux clients. Selon lui, quand un client vient passer une commande, la caissière retient le ticket qu’elle enregistre et qu’elle remet à un autre client qui passera une même commande. Et à la descente, ils se partagent l’argent. De même, il soutenait que quand la caissière recevait des devises, elle procédait au change en faisant disparaître ces devises. Il a ainsi produit des vidéos pour donner du crédit à ses accusations. Et c’est sur la base de ces vidéos que les éléments de la Division des investigations criminelles se sont rendus sur les lieux pour arrêter les prévenus.
Entendue à l’enquête, la majeure partie des mis en cause a contesté les faits. Les réceptionnistes Colette Faye et Marie Niang ont indiqué qu’elles ne sont en rien mêlées dans cette histoire, car elles n’avaient rien  à voir avec les serveurs. Et les pourboires qu’elles recevaient leur sont souvent offerts par des personnes qui habitent dans l’hôtel. Et le jour des faits, c’est une femme qui était descendue pour prendre une collation qui leur avait donné un billet de 2 000 francs Cfa qu’elles se sont partagées.
A leur suite, Amadou Diallo, Aminata Faye et Ami Sène ont aussi contesté les faits. Ils ont déclaré que c’est l’argent issu des pourboires qu’ils ont reçus. Odile Gomis, Khady Diouf et Fatou Thiam avaient, quant à elles, reconnu les faits de la procédure en expliquant leur modus operandi. Elles avaient soutenu que seuls Diatta Sarr et Félix n’ont pas participé au deal. Ils ont refusé d’y prendre part.
Hier devant la barre, les 12 employés du Café de Rome ont tous nié avoir détourné de l’argent au préjudice de leur employeur. La décision sera rendue aujourd’hui.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here