PARTAGER

C’est connu : plusieurs entreprises doivent beaucoup d’argent aux institutions sociales comme l’Ipres et la Caisse de sécurité sociale. Par exemple, les Chambres de métiers doivent à l’institution de prévoyance retraite plus de 600 millions F Cfa. Il s’agit d’un cumul de plusieurs décennies d’arriérés de cotisations.

Les Chambres de métiers ne cotisent pas régulièrement au niveau des institutions sociales comme l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres) et la Caisse de sécurité sociale (Css). Elles doivent à l’Ipres plus de 600 millions de francs Cfa. Ces accumulations d’arriérés datent de plus de 30 années. La révélation a été faite à Diourbel par Babacar Guèye, économiste en service à la direction de l’artisanat. Il explique : «Ce n’est pas la faute de l’Etat qui a toujours reversé les dites sommes mais c’étaient les premiers responsables qui ne reversaient pas ces sommes. En 2015, on les avait évaluées à 600 millions. Dans l’allocation budgétaire, on demande aux Cham­bres de métiers un effort pour l’épongement partiel des arriérés. Il y a une quotité dans le budget qui est destinée à l’épongement partiel des ces dettes en attendant que le ministère des Finances veuille régler définitivement cette question.» Ce non-reversement des cotisations a impacté négativement la situation sociale des agents des ces chambres. A Diourbel, la dette de la Chambre des métiers, estimée à 39 392 410 francs, s’étale sur la période 1986-2012. A cause de cette situation, la famille d’un retraité décédé récemment, ne peut bénéficier de cette pension.
Face à cette condition, le Secrétaire général de la Chambre de métiers de Diour­bel a trouvé un subterfuge en reversant chaque fois un million de francs Cfa à l’Ipres. Lors du vote du budget de la Chambre des métiers, il a été rappelé aux artisans qu’ils n’ont pas le droit de céder à des tiers, les locaux qu’ils ont loués. Les participants ont souhaité que des moyens soient affectés aux antennes de Touba et Bambey. A noter que le budget cette année de la Chambre des métiers de Diour­bel est fixé à 57163020 de francs Cfa.
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here