PARTAGER

Au lendemain du retour à l’Etat d’urgence assorti d’un couvre-feu dans les régions de Dakar et Thiès, la Cité du Rail réactive ses stratégies antérieures avec la redynamisation des cellules de veille, d’alerte et d’action pour anéantir les risques de transmission communautaire du coronavirus.

La région de Thiès, deuxième pôle de la pandémie, prépare sa riposte. Elle a, en effet, réactivé ses stratégies antérieures pour faire face. Ainsi, il est prévu, selon le préfet du département de Thiès Moussa Diagne, une certaine intensification de la sensibilisation en passant par la redynamisation des cellules dormantes que «nous avions réussi à mettre en place grâce à la diligence des sous-préfets en rapport avec les acteurs locaux, notamment les mouvements de jeunesse, les délègues de quartier etc.». Il s’agit des cellules de veille, d’alerte et d’action. «Il y a un accroissement, une augmentation inquiétante des cas communautaires», relève l’autorité préfectorale qui insiste sur l’importance de la sensibilisation. Il dit : «Nous devons développer une communication communautaire, en allant à la base parler aux jeunes, aux femmes et à toutes les catégories sociales pour plus de respect des mesures édictées par l’autorité.» En plus de la sensibilisation, «les forces de défense et de sécurité, qui sans cesse se déploient sur le terrain, sont requinqués». Dans ce cadre, le préfet de Thiès a invité «les collectivités territoriales et autres acteurs, dont les particuliers, à un meilleur soutien à ces forces de défense et de sécurité pour améliorer leur mobilité sur le terrain». A l’en croire, «l’élan de solidarité qui nous avait animés tous lors de la première vague doit demeurer pour qu’ensemble nous puissions arriver à bout de ce virus très têtu, pour lequel il nous faut beaucoup de détermination et de patiente, mais également beaucoup de pédagogie, surtout dans nos approches en termes de communication». Moussa Diagne a également invité les jeunes à préserver les personnes âgées qui sont plus touchées et exposées à la pandémie. «Nous ne nous lasserons jamais d’inviter les jeunes à préserver la vie et la bonne santé de nos aînées. Nous les comprenons, ce sont des jeunes. Ils débordent d’énergie. Mais il faut que cette énergie soit orientée et tournée vers la bonne cause, à savoir préserver les anciens», insiste le préfet de Thiès qui soutient qu’il «faut encore corser la riposte». Et cela demande «une responsabilité beaucoup plus individuelle que collective» parce que «nous traversons un trimestre caractérisé par beaucoup d’activités festives. Les gens ont tendance à sortir, à se rassembler dans les espaces publics et au niveau des restaurants. Cela prépare le lit au virus qui nous revient encore plus violent et virulent. Et cela doit appeler davantage de vigilance et d’engagement de la part de l’ensemble des acteurs qui ont en charge la riposte contre la pandémie». Surtout que, fera-t-il noter, «tenant compte de la géographie de la ville de Thiès qui est une sorte d’entonnoir, il y a un hinterland. Et tout cet hinterland pour rejoindre la capitale passe par Thiès. Nous pouvons dire que Dakar respire par Thiès». Ces raisons, selon lui, «doivent nous pousser à être plus alertes, plus présents sur le terrain et plus respectueux des dispositions à prendre pour juguler ce mal». Il en appelle ainsi «à la conscience des Thiessois pour qu’ensemble nous respections les mesures édictées par les autorités parce qu’il en va de notre avenir à nous tous».
Après une accalmie de plusieurs semaines, la région de Thiès a connu une recrudescence de la pandémie durant ces trois dernières semaines. Sur les 2 253 cas déclarés positifs dans la région de Thiès à ce jour, le district de Thiès totalise 745 cas, dont 611 guéris et 340 dans les Centres de traitement des épidémies (Cte) et 273 à domicile. 47 sont décédés, dont 7 évacués dans des Cte hors du district de Thiès. Lequel a enregistré 22 cas perdus de vue, et est en train de suivre 60 patients à domicile, et 3 autres dans les Centres de traitement au niveau de Thiès, Dakar et Touba. Popenguine, Tivaouane et Mbour enregistrent respectivement 388, 382 et 373 cas testés positifs. S’ensuivent Pout avec 138 cas, Khombole 88, Mékhé 53, Joal 42 et Thiadiaye 28 cas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here