PARTAGER
Christophe Bigot, ambassadeur de France au Sénégal.

Le Projet Tiers Sud/Beydaare qui concerne les régions de Kolda, Tambacounda et Kédougou a bénéficié d’un financement de l’Agence française de développement (Afd) de 30 milliards de FCfa. C’est l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, qui en a fait l’annonce, mardi dernier, à Soutouré, département de Vélingara, dans les locaux de la direction technique de la Sodagri (société de développement agricole et industriel du Sénégal) où il était en visite des chantiers et des projets financés par la France.

«Développement agricole et sécurité alimentaire des territoires ruraux du Tiers Sud du Sénégal-Projet Tiers Sud  Bey­daare»  est la dénomination du projet qui va démarrer «au mois de mars prochain», selon la directrice de l’Agence française de développement (Afd) Lau­rence Hart. Il va intéresser les régions de Kédougou, de Kolda et de Tambacounda, précisément dans les départements de Ké­dou­gou, Salémata, Saraya, Tam­bacounda et Vélingara. Mme Hart a fait cette annonce samedi dernier, dans les locaux de la direction technique de la Société de développement agricole et industriel du Sénégal (Sodagri) où elle accompagnait l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot.
Le diplomate Français était en séance de travail avec la direction générale de la société agricole, qui devra gérer ce projet. M. Bigot a informé que le coût du projet est de 47 millions d’euros, soit près de 30 milliards de FCfa. L’ambassadeur a ajouté qu’il s’agit d’un programme de réalisation d’infrastructures destinées à améliorer les conditions de culture et de diversification des types de production par le développement et l’amélioration de la commercialisation des productions céréalières, bananières et laitières.
Dans la foulée, Mme Laurence Hart de l’Afd, a indiqué qu’il va s’agir d’un rééquilibrage des interventions de l’Afd au Séné­gal. Car, a-t-elle dit : «de­puis longtemps, l’Afd axait ses interventions  au Nord du Sénégal, notamment dans la vallée du fleuve. Maintenant, elle compte accompagner la zone Sud, avec la Sodagri pour doper le secteur de l’agriculture». Mme Hart a, par ailleurs, fourni des précisions concernant les activités du projet.  À l’en croire, le projet va réhabiliter des équipements agri­coles, construire des pistes, des postes de santé, faire de l’appui institutionnel aux organisations de producteurs et renforcer les capacités des collectivités locales.
Le directeur général de la Sodagri, Moussa Baldé, a salué l’intervention de l’Afd à travers le projet Tiers Sud. Une intervention qui va contribuer davantage à l’atteinte des objectifs de la Sodagri en rapport avec l’autosuffisance alimentaire. Cela, d’autant plus que déjà, 1200 ha devront être réhabilités dans les aménagements du bassin de l’Anambé, notamment au secteur G. Une réalisation qui va autoriser l’exploitation optimale des parcelles en ces lieux, particulièrement en culture de contre-saison.
La lutte contre l’émigration irrégulière est un objectif indirect de ce projet qui, tout en luttant contre la pauvreté pourrait permettre aux jeunes d’avoir confiance en leur pays  et chercher à développer leur terroir de l’intérieur.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here