PARTAGER

«La mise en œuvre de l’agenda 2030 et celui de 2063 requiert un changement de paradigme dans la conception du développement dans nos pays» : ce sont là des propos du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne à l’occasion de l’ouverture à Dakar hier du Forum régional africain sur le développement durable. Un aveu d’échec sur la politique de développement menée jusque-là en Afrique ? Ibn Chambas semble répondre par l’affirmative. Il soutient que le continent connaît des taux de croissance élevés, mais sa population n’en profite pas. «Cette croissance n’est pas inclusive. Beaucoup de personnes sont laissées en rade dans la distribution des richesses. Ce qui va accentuer la pauvreté, la faim et les inégalités entre les pays, mais aussi les sexes», prévient-il. Le représentant spécial et chef du Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest craint le pire : «L’Afrique fait face au défi de l’eau, de la biodiversité menacée.» En même temps, rappelle-t-il, «il nous faut prendre en compte la croissance démographique et l’urbanisation grandissante, les problèmes d’emploi et de nourriture», liste-t-il. Or, «le rythme de développement des Objectifs de développement n’est pas suffisant. Si l’on y prend garde, certains Odd ne seront pas atteints en 2030», alerte-t-il.
Ce forum est donc une plateforme, un cadre pour soutenir les engagements des Etats afin qu’ils puissent réaliser les Odd à la période indiquée ; d’où le thème de ce forum : «Transformer nos sociétés pour les rendre viables et résilientes». Le Premier ministre estime qu’il faut une priorisation des Odd en phase avec les politiques nationales. Pour ce faire, le meilleur moyen est de faire «un suivi des objectifs définis et associés aux cibles ; le tout, suivant un échéancier bien planifié et renseignant des progrès que nous enregistrons chaque année par le biais de la Revue nationale volontaire (Rnv)».
Cette rencontre devra ainsi permettre aux participants d’examiner les progrès, de partager les expériences et les leçons apprises et de dégager les consensus sur les principales recommandations sous forme de messages-clés concernant les Odd ciblés cette année. Il s’agit de l’eau potable et de l’assainissement, de l’énergie propre et à un coût abordable, des villes et communautés durables, de la consommation et productions responsables, de la vie sur terre, du renforcement des moyens de mise en œuvre et partenariat pour le développement durable.
Pour réussir ce pari, Gervais Meatchi, président sortant du Bureau de la 3ème session du Fradd, a invité les Etats à plus de coopération d’échanges sud-sud. Quant à Priya Gajraj, coordonnatrice résidente du système des Nations unies, elle insiste sur les échanges et partages d’expériences afin d’engranger une masse critique d’expériences pour élaborer la part contributive de l’Afrique au Forum politique de New York.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here