PARTAGER

Le ministre de la Gouvernance locale, du développement et de l’aménagement du territoire, Abdoulaye Diouf Sarr, a procédé hier à la pose de la première pierre de la maternité du poste de santé de l’arrondissement de Niakhène. Une occasion pour les maires dudit arrondissement de dénoncer le retard dans le développement économique de leur localité.

Manque ou absence totale d’infrastructures socio-économiques, culturelles et sportives, enclavement de certaines villages qui freinent la mobilité des populations et l’écoulement des productions, absence de sources de recettes locales et faiblesse des fonds de dotation par rapport aux compétences transférées. L’arrondissement de Niakhène, qui regroupe les communes de Ngagne, Thilmakha, Mbayenne et Niakhène, liste ainsi ses maux. A cela s’ajoutent le manque de personnels techniques dans les administrations locales et les structures sanitaires de même que l’absence de formation, d’encadrement pour les jeunes et les femmes ainsi que le financement de leurs activités entre autre prise en charge des daaras et de l’enseignement religieux qui ne peuvent ni ne doivent être exclus du système éducatif. Selon le maire de Niakhène, Moustapha Sylla, qui porte la parole de l’ensemble des responsables communaux de l’arrondissement, «malgré les avantages de la politique dite de communalisation intégrale survenue dans le cadre de la mise en œuvre de l’acte III de la décentralisation qui consacre la libre administration et l’autonomie financière des collectivités locales, la consécration de la participation citoyenne et la responsabilisation accrue des élus locaux, il y a des manquements et difficultés préjudiciables au développement économique et social des collectivités locales en zone rurale». Devant le ministre de la Gouvernance locale, Abdoulaye Diouf Sarr, l’édile de Niakhène, de préciser, qu’il ne s’agissait pas, «de doléances mais plutôt de la mise en évidence de situations handicapantes pour le développement harmonieux des collectivités locales». Surtout, poursuit-il, «pour les communes de l’arrondissement de Niakhène». Des situations qu’il urge, selon M. Sylla, de corriger pour mieux, dit-il, «accompagner les efforts consentis par les communes en termes d’amélioration des conditions de vie des populations. Car, malgré toutes ces difficultés et manquements l’arrondissement de Niakhène peut aujourd’hui se prévaloir d’une certaine force». Une force qui réside, selon lui, dans «l’unité des différentes collectivités locales qui la composent et qui leur permet de travailler en synergie et en toute intelligence pour l’intérêt exclusif des populations». Ainsi et de conclure pour demander  au ministre Diouf Sarr, «d’être l’avocat de Niakhène auprès des ministres dont les manquements relèvent de leur compétence pour que les correctifs appropriés puissent être diligentés».  En réponse, le ministre de la Gouvernance locale, du développement et de l’aménagement du territoire, Abdoulaye Diouf Sarr d’annoncer, la mise en œuvre d’un important programme de réalisation d’infrastructures sociales de base dans l’arrondissement de Niakhène. «En plus de la prise en charge de certaines préoccupations, l’Etat a décidé, avec une enveloppe financière de 43,5 milliards  F Cfa, de revoir à la hausse les fonds de dotation alloués aux collectivités locales». Il ajoute : «Cette année toutes les communes verront leurs fonds de dotation augmenter». Et pour l’arrondissement de Niakhène, à l’instar des autres communes du Sénégal, «ne sera pas en reste avec des projets de construction d’infrastructures. Je suis venu voir ce qu’il est possible de faire ici en matière d’investissements dans le cadre du Programme national de développement local (Pndl) et de l’Agence de développement municipal (Adm)». Aussi et dans le cadre de la seconde phase du  Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc), le ministre de dire, «il est clair que cet arrondissement bénéficiera aussi des réalisations de pistes communautaires et d’ouvrages hydrauliques». Egalement, ajoute-t-il, «à côté de la maternité qui sera réalisée dans le cadre du Pndl, il est prévu la réalisation du stade municipal de Niakhène et la réhabilitation de l’Hôtel de ville avec l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public (Agetip) ainsi que la construction d’un lycée réclamé par les jeunes de l’arrondissement». Car, laissera entendre, le ministre Diouf Sarr, «le développement du pays passe nécessairement par la territorialisation des collectivités locales, l’allègement des travaux des femmes et la démocratisation de l’accès aux services hydrauliques».
 nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here