PARTAGER

Le Conseil des ministres extraordinaire avec les membres du nouveau gouvernement a été riche en mesures individuelles. Celle qui attire toutes les attentions, c’est la nomination de Aliou Sall à la tête de la Caisse des dépôts et des consignations. Il faut aussi noter que Aboubacar Sedikh Bèye a été nommé Directeur général du Port autonome de Dakar en remplacement de Cheikh Kanté, devenu ministre en charge du suivi du Plan Sénégal émergent (Pse).

Par Dieynaba KANE
(Avec Mohamed GUEYE)

Après la formation du nouveau gouvernement, le jeu de chaises musicales s’est élargi aux directions des établissements et agences publics. Parmi les mesures les plus notables prises par chef de l’Etat, il y a la nomination de son jeune frère, par ailleurs maire de Guédiawaye, au poste de Directeur général de la Caisse des dépôts et des consignations (Cdc). Le communiqué du Conseil des ministres qui annonce la nomination de M. Sall, indique également que «Baba­car Diamé, expert-Comptable, est nommé président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations».
Si du fait de la proximité familiale, cette nomination a surpris plus d’un, beaucoup la trouvent par contre, non seulement opportune, mais également justifiée. Un haut cadre de la Cdc annonçait hier, sous forme de confidence, se féliciter de l’arrivée prochaine du nouveau Dg. Pour cet employé, «si Aliou Sall vient pour faire des résultats, il aura amplement de quoi le faire dans la Caisse». Il ajoutera que par ailleurs, l’avantage de Aliou est d’être une «personnalité forte, qui peut résister aux sollicitations et injonctions de certains ministres». Une manière de sous-entendre que cela n’aurait pas été le cas sous son prédécesseur.
Sur le plan politique aussi, des observateurs estiment que la nomination de Aliou Sall se justifierait amplement. Ces personnes font remarquer que «Aliou Sall n’a jamais perdu aucune élection, et il est l’un des rares dans ce cas à n’avoir pas été récompensés». En plus, ajoutent les mêmes personnes, «il a toutes les compétences requises pour diriger la Caisse des dépôts».
Mais ses détracteurs ne voient pas les choses du même œil, faisant remarquer que tous les succès et accomplissements politiques dont peut se revendiquer Aliou Sall, datent de l’époque où son frère a atteint la suprême station. «Il a fallu que Macky Sall arrive au pouvoir pour que l’on voit Aliou Sall briguer la mairie de Guédiawaye, où il n’avait aucune attache avant. Grâce à cela, il est devenu président de l’Association des maires du Sénégal, et il se voyait même déjà député, si on ne l’avait pas stoppé d’urgence. Et comme si cela ne suffisait pas, le voilà propulsé à la tête d’une des directions les plus liquides du Sénégal !» Et bien entendu, ses détracteurs se demandent si «Macky pèse bien les risques d’un sentiment de rejet de l’opinion par rapport à des actes de ce genre, qui frisent le népotisme». Mais on imagine que des préoccupations de ce genre ne sont pas de nature à freiner le chef de l’Etat.
Autre grande mesure prise lors de ce Conseil des ministres extraordinaire, a été le remplacement de Cheikh Kanté à la tête du Port de Dakar par Aboubacar Sedikh Bèye. M. Kanté dont la nomination au titre de ministre chargé du suivi du Plan Sénégal émergent (Pse) avait été dévoilée depuis hier dans la presse, a été remplacé par un autre Apériste pur et dur, bien que haut-fonctionnaire des finances. Il s’agit de Aboubacar Sedikh Bèye, ingénieur statisticien et économiste, qui était jusqu’à hier, Directeur général de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). Il faut noter qu’après la nomination de M. Aboubacar Bèye à la tête de la Direction générale du Port autonome de Dakar, c’est Babacar Ndir, qui était jusque-là son adjoint à l’Ansd, qui le remplace à l’Ansd. Le communiqué du Conseil souligne aussi que «Monsieur Cheikh Tidiane Diop, Inspecteur principal du Trésor, précédemment Secrétaire général du ministère de l’Economie, des finances et du plan, est nommé Directeur général de la Comptabilité publique et du trésor». M. Diop remplace «Monsieur Daouda Sembène admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite».
Des changements sont aussi notés à la tête d’autres établissements. Ainsi, «Lansana Gagny Sakho, ingénieur en génie électrique, est nommé Directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) en remplacement de Alioune Badara Diop». Ce dernier est nommé Directeur général de l’Office des lacs et cours d’eau, l’ancien Olag. L’ancien directeur de l’Onas remplace à ce poste Monsieur Amadou Bocoum. Dans le même temps, Seyni Ndao, ingénieur agronome, est nommé Directeur général de l’Office des forages ruraux (Ofor) en remplacement de Monsieur Lansana Gagny Sakho. Un jeu de chaises musicales dont on ne comprend pas a priori la logique, vu de loin.
L’Agence nationale pour la relance des activités économiques et sociales de la Casamance (Anrac), qui était dirigée par Aminata Angélique Manga, nommée ministre de l’Economie solidaire et de la microfinance, est maintenant dirigée par Monsieur Ansou Sané. Précédemment Secrétaire général de cette agence, M. Sané est juriste de formation.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here