PARTAGER

Le président du Cnoss, Mamadou Diagna Ndiaye, s’est félicité de la décision prise par les autorités de se doter d’un stade qui réponde aux standards internationaux.
Selon le patron de l’olympisme sénégalais, «ce sont des moments d’histoire dans l’évolution de la politique sportive de notre pays, nous en avons vécu depuis 1960, année de notre indépendance. Il en est ainsi, des stades Demba Diop et Léopold Sédar Senghor. Les acquis du passé ont nourri nos passions et nos souvenirs de l’époque. Mais voilà qu’aujourd’hui, par la grâce d’une conjonction d’occurrence liée à nos trajectoires individuelles et à l’attractivité de notre pays, nous nous situons désormais dans le cœur nucléaire du sport mondial», s’est félicité le président du Cnoss. Avant de poursuivre : «Dans ce travail historique qui s’amorce ici à Diamniadio, vous en êtes, Monsieur le Président, l’acteur central. Je me souviens de votre rencontre avec la communauté sportive en Mars 2012 lorsque vous aspiriez à la magistrature suprême. Vous vous étiez engagé à faire du sport un des axes forts de votre ligne de gouvernement.»
Evidemment, le contexte y est pour beaucoup, comme l’a rappelé Diagna Ndiaye. «C’est en pleine conscience de l’enjeu des Jeux Olympiques Dakar 2022, que le Cnoss s’active au niveau national et international à mobiliser les ressources humaines et matérielles appropriées pour honorer ce vaste rassemblement des na­tions, qui seront acteurs et témoins de l’une des compétitions sportives les plus prestigieuses et les plus médiatisées.»
Pour le président du Cnoss, le chef de l’Etat, en choisissant d’ériger ce bijou, «a compris, très tôt, que gouverner, c’est tenir compte du réel dans ses immédiatetés, mais surtout avoir la capacité d’intégrer l’avenir, de l’anticiper et de le servir. Ce futur temple du sport, par ses caractéristiques architecturales futuristes, contribuera à faire de cette ville de Diamniadio, un pôle de référence à l’échelle africaine et mondiale», a-t-il soutenu. Rappelant dans la foulée, «les autres réalisations comme l’autoroute de l’Avenir, le Ter, le Dakar Aréna, le Centre d’exposition, l’Arène nationale, la Piscine olympique, qui sera rénovée sous peu, les stades régionaux nouvellement construits ou rénovés en conformité avec les normes internationales, vous avez prouvé le mouvement en marchant, en vous inscrivant résolument dans le temps long d’une vision d’homme d’Etat».
Du coup, il appartient, selon lui, «à la jeunesse du Sénégal et d’Afrique, de s’approprier ces réalisations et d’en assurer la pérennité».

hdiandy@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here