PARTAGER

Moustapha Diakhaté n’est plus membre de l’Alliance pour la République. La Commission de discipline a ainsi entériné la proposition du président du parti, Macky Sall, après avoir constaté «les agissements et propos séditieux, fractionnistes et récurrents» de celui qui a créé Manko taxawu sunu Apr.

Abdou Mbow avait déclaré, lundi, dans un communiqué, que Moustapha Diakhaté «a fini de montrer qu’il n’est plus membre de l’Apr». C’était l’auto-exclusion. Mais hier, le parti présidentiel a scellé le sort de l’ancien président du groupe parlementaire de la majorité. En effet, la Commission de discipline s’est réunie hier et a, «à l’unanimité», prononcé «l’exclusion définitive de Moustapha Diakhaté des rangs de l’Alliance pour la République». Composée de Abdoulaye Badji, président, de Benoît Sambou, de Abdou Mbow et de Mbaye Ndiaye qui, lui, est qualifié d’«absent excusé», cette instance motive sa décision par «les agissements et propos séditieux, fractionnistes et récurrents du camarade Moustapha Diakhaté» qui «entache gravement l’image du Parti». Les «juges» de l’Apr ont ainsi convoqué, en plus des statuts, le Règlement intérieur. L’alinéa 2 de l’article 25 dispose : «L’adhésion formelle ou de fait à toute autre formation politique concurrente, nationale ou étrangère, entraîne ipso facto la perte de la qualité de membre de l’Alliance pour la République-Yaakaar, Apr-Yaakaar.» Or, dans son entretien avec L’Obser­vateur d’hier, M. Diakhaté soutient qu’il ne s’agit pas d’un courant, mais d’un «mouvement à l’intérieur de l’Apr». Mais la Commission de discipline vise surtout l’alinéa 3 du même article qui, lui, indique que «les initiatives et actes de nature à entacher l’image du parti sont formellement interdits». Et c’est justement l’un des reproches faits à l’ancien député apériste. Pourtant l’article 26 visé par la commission prévoit que «les contrevenants à ces dispositions, sauf cas de légitime défense, peuvent faire l’objet de sanctions disciplinaires» allant de l’avertissement à l’exclusion définitive.

Benoît Sambou : «Il peut introduire un recours»
Au téléphone, Benoît Sambou, un des membres de la Commission de discipline de l’Apr, estime que la nature de la sanction «dépend de la gravité des faits». Pourquoi alors, Moustapha Diakhaté n’a pas été au préalable entendu ? «C’est le président (du parti) lui-même qui saisit la commission. Et lorsqu’il s’agit d’un acte grave et avéré, la commission se réunit et souvent c’est l’exclusion», argumente-t-il. Mais, précise M. Sambou, si Moustapha Diakhaté «considère qu’il y a eu un abus, il peut introduire un recours devant le Conseil national».Moustapha Diakhaté, président de Manko taxawu sunu Apr
«C’est une décision nulle, et faire un recours c’est donner de l’importance à ces farceurs»
«Je considère ce que vous appelez une exclusion comme une non-décision, une farce, une provocation, une tentative de diversion et de me faire perdre mon temps. Je n’ai pas pratiquement de commentaires à faire. Je me focalise sur la création de Manko taxawu sunu Apr et jeudi prochain, avant midi, le texte fondateur du mouvement sera publié et les Sénégalais sauront pourquoi nous avons créé ce mouvement, ses objectifs et comment il compte se déployer sur l’ensemble du territoire national. Cette décision est donc nulle et non avenue. Faire un recours, c’est reconnaître un acte qui est illégal dans la forme et dans le fond et surtout donner de l’importance à ces farceurs-là. Ils ne méritent pas ça. Je ne peux pas savoir si c’est une proposition du Président Macky Sall. Je ne peux pas entrer dans la tête du Président. Tout ce que je peux dire, c’est que c’est un acte indigne d’un parti qui est arrivé au pouvoir par la démocratie. C’est une balafre sur le visage de l’Alliance pour la République, et elle le restera pour longtemps.»

Moustapha Diakhaté, président de Manko taxawu sunu Apr : «C’est une décision nulle, et faire un recours c’est donner de l’importance à ces farceurs»
«Je considère ce que vous appelez une exclusion comme une non-décision, une farce, une provocation, une tentative de diversion et de me faire perdre mon temps. Je n’ai pas pratiquement de commentaires à faire. Je me focalise sur la création de Manko taxawu sunu Apr et jeudi prochain, avant midi, le texte fondateur du mouvement sera publié et les Sénégalais sauront pourquoi nous avons créé ce mouvement, ses objectifs et comment il compte se déployer sur l’ensemble du territoire national. Cette décision est donc nulle et non avenue. Faire un recours, c’est reconnaître un acte qui est illégal dans la forme et dans le fond et surtout donner de l’importance à ces farceurs-là. Ils ne méritent pas ça. Je ne peux pas savoir si c’est une proposition du Président Macky Sall. Je ne peux pas entrer dans la tête du Président. Tout ce que je peux dire, c’est que c’est un acte indigne d’un parti qui est arrivé au pouvoir par la démocratie. C’est une balafre sur le visage de l’Alliance pour la République, et elle le restera pour longtemps.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here