PARTAGER

Après le choix de la société civile sur Mazide Ndiaye et Babacar Guèye, le pôle des non-alignés a désigné les Professeurs Alioune Sall et Babacar Kanté pour conduire le dialogue politique. Pour l’heure, la majorité n’a pas encore réagi par voix officielle, mais Zahra Iyane Thiam récuse les noms donnés par la société civile.

Tous les pôles se sont accordés sur la mise en place d’une commission indépendante pour conduire les travaux sur le processus électoral. Mais le choix de la (ou des) personnalité (s) crée déjà la discorde entre les différentes parties prenantes au dialogue. En effet, le duo Mazide Ndiaye et Babacar Guèye proposé par la société civile n’est pas du goût de la majorité, notamment de Zahra Iyane Thiam. «Puisque l’opposition parle de personnalité indépendante, nous avons récusé la Cena qui est partie prenante aux discussions. Nous avons récusé d’autres personnalités. Là, en tout cas, les personnalités qui sont proposées pour l’heure sont également parties prenantes», a dit hier la plénipotentiaire de Benno bokk yaakaar lors des concertations sur le fichier électoral et qui était l’invitée de l’émission «Grand jury» de la Rfm. Pour le ministre de la Microfinance, de l’économie sociale et solidaire, les deux indiqués ci-dessus et issus de la société civile, notamment du Collectif des organisations de la société civile pour les élections (Cosce) et de la Plateforme des acteurs de la société civile pour la transparence des élections (Pacte) sont parties prenantes au même titre que la majorité, l’opposition et les non-alignés. «Forcément, il faut qu’il y ait des concessions. Mais il faut qu’on soit cohérent avec nous-mêmes. Est-ce à dire que, quand bien même cette personnalité est partie prenante, elle peut être indépendante ? Si tel est le cas, cela remet totalement en cause la position de l’opposition depuis le début de ces discussions-là», relève Zahra Iyane Thiam. Toutefois, sur le choix de la personnalité, elle estime que le premier critère qui doit être le patriotisme. «Etre républicain, quel que soit par ailleurs là où vous vous trouvez, il faut faire ce pour quoi vous avez été désigné. Il peut être de la majorité, de l’opposition ou des non-alignés. L’essentiel, c’est de faire le job. Donc, il n’y a pas de neutralité», a-t-elle conclu.

Les non-alignés
préfèrent Alioune Sall et Babacar Kanté
Il a été pourtant dit que les non-alignés partageaient la proposition de la société civile sur les noms de Mazide Ndiaye et Pr Babacar Guèye. Mais dans un communiqué, Déthié Faye et Cie, «après une analyse approfondie», ont porté leur choix sur les Professeurs Alioune Sall et Babacar Kanté. Deux noms qu’ils ont envoyés à la direction générale des Elections. «Les deux personnalités que le pôle des non-alignés a proposées sont d’éminents universitaires, connus pour leur indépendance, leur équidistance de tous les acteurs impliqués dans la concertation sur le processus électoral, leur expertise et leur expérience, critères cumulatifs qui doivent être satisfaits par toute personnalité réputée indépendante, proposée pour conduire les concertations», souligne le coordonnateur du pôle des non-alignés. Ces deux, poursuit Déthié Faye, constituent des personnalités «crédibles, libres de tout engagement par rapport aux entités impliquées dans la concertation sur le processus électoral». Voilà une autre proposition qui risque de retarder les travaux du dialogue politique. Alors que même l’opposition n’émettait «aucune réserve» sur le tandem Ndiaye-Guèye. Le Frn n’a pas encore officialisé sa position, mais s’il n’y a pas d’entente, le chef de l’Etat devrait trancher.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here