PARTAGER

Pour l’organisation des élections au Sénégal, l’opposition au dialogue politique plaide pour la création d’une Autorité indépendante. Une idée qui, pour la majorité, est de «dicter» au président de la République la nomination d’une personne.

A la commission politique du Dialogue national, c’est le dialogue des sourds entre les acteurs. Hier, ils ont encore étalé leurs divergences sur l’autorité devant organiser les élections au Sénégal. Un vieux débat pour la classe politique sénégalaise qui, en fonction des circonstances ou du bord duquel on se trouve, récuse ou défend le profil militant du ministre en charge des élections. En effet, le Pôle de l’opposition n’a pas confiance en Aly Ngouille Ndiaye, responsable Apr et maire de Linguère. Ce dernier a organisé l’élection présidentielle de 2019. Déthié Fall et Cie ont rappelé que les alternances politiques de 2000 et 2012 ont été réalisées avec des ministres de l’Intérieur n’appartenant à aucun parti politique. Ce pôle exige, par conséquent, la nomination d’une personne «neutre à la tête de l’organisation des élections pour conserver les acquis démocratiques». Autrement dit, l’opposition veut la mise en place d’une «Autorité indépendante chargée de l’organisation et de la gestion des élections». D’après cette entité, «des manquements ont été notés lors de la dernière élection et même la Cena (Commission électorale nationale autonome) n’a pas joué pleinement son rôle».
Une proposition rejetée par la majorité qui a rappelé que la dernière Présidentielle n’a pas fait l’objet de contestation de la part des candidats malheureux. «Il n’appartient à aucune partie de dicter au président de la République la nomination d’une personne devant organiser les élections eu égard à ses prérogatives de nommer aux emplois civils et militaires», a soutenu Benoît Sambou, coordonnateur du Pôle de la majorité. Pour leur part, les non-alignés invitent les acteurs à attendre l’audit du fichier électoral pour dégager une position «objective» sur l’autorité chargée d’organiser les élections. A ce propos, le général Mamadou Niang a informé, mardi dernier, les acteurs que le président de la République a donné des instructions en vue de l’exécution de l’audit du fichier et de l’évaluation du processus électoral. Pour ce faire, l’Usaid s’est dit disposée à financer ces opérations. A cet effet, une rencontre est prévue ce matin à 10 heures au siège de la Cena entre le Comité de suivi pour la réalisation de l’audit et ladite agence américaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here